Essais
[Chronique] Margaret Mac Millan « Vers la grande guerre »

[Chronique] Margaret Mac Millan « Vers la grande guerre »

11 mars 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Margaret Macmillan, professeur d’histoire à Oxford et à l’université de Toronto publie une somme monumentale, plus de 840 pages pour montrer comment l’Europe a renoncé à la guerre.
Elle est de nationalité canadienne et l’arrière petite- fille du premier ministre anglais David Lloyd Gorge.

20140311-083833.jpgVERS LA GRANDE GUERRE

Vers la grande guerre relate le cheminement de l’Europe vers 1914, et met en scène ces moments où les possibilités d’échapper à la guerre se sont réduites.
Parmi ceux là, la décision de la France de chercher une alliance défensive avec la Russie pour contrebalancer celle avec l’Allemagne qui elle-même se lance dans une course navale avec la Grande Bretagne à la fin des années 1890.
Les crises qui ont lieu plus tard en Europe (crise bosniaque de 1908 ou guerre des Balkans de 1912 1913 contribuent ensuite à alimenter le ressentiment qui va façonner les relations entre les puissances en jeu.
Décrivant les importants changements politiques et technologiques, les décisions émanant d’états et tout aussi décisifs les petits moments de confusion et faiblesse humaine qui traversent l’Europe, l’auteur nous emmène sur les chemins sinueux qui ont conduit l’Europe de la paix au désastre.

LA RESPONSABILITE DE L’ALLEMAGNE

Une partie de l’explication réside dans la façon dont l’état allemand était gouverné.
En effet l’empereur avait beaucoup de pouvoirs contrairement à sa famille anglaise.
Il était d’un naturel agité et nerveux.
Il griffonnait sur des papiers des commentaires souvent laconiques et grossiers.
Il arborait souvent un visage cruel et pour un de ses contemporains, on se demandait » si on n’avait pas affaire à un acteur ».
Il n’aimait pas être contredit et évitait tous ceux qui le contredisaient et avait un sens de l’humour digne d’un adolescent (il s’amusait à couper les bretelles de ses invités).
«Marchez un kilomètre avec mes chaussures aux pieds, rien qu’un kilomètre avant de m’insulter, de me critiquer et de m’accuser « chantait Elvis Presley.
C’est l’effort que nous devons essayer de faire pour essayer de comprendre comment l’Europe a basculé dans la guerre en 1914.
Les pouvoirs très importants du Kaiser expliquent pour beaucoup l’entrée en guerre.
L’importance de l’armée est aussi une des raisons de l’entrée en guerre.
A partir du moment où l’Allemagne a décidé de construire une puissante marine, il ne faisait pas de doute qu’il n’y aurait pas d’alliance allemande avec la Grande Bretagne.
Cette décision a poussé la Grande Bretagne vers la France.
En France, il y avait aussi le désir de récupérer les territoires volés par l’Allemagne.
Le fait que le roi d’Angleterre ait peu de pouvoirs était une chance pour la paix.
Cet ouvrage très complet et écrit avec rigueur nous permet de nous faire une opinion.
Même si cette discussion peut paraitre sans fin.
Un très bon livre.

Margaret Mac Millan (Vers la grande guerre), éditions autrement, janvier 2014 ,840 pages, 28 euros.

Pour lire une autre chronique du livre, c’est ici.

Christophe Rauck signe une Phèdre too much au TGP
L.A. Dance Project 2 au Théâtre du Châtelet : explorer les possibles
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture