Essais
Anti – secrets de Jean de Boishue

Anti – secrets de Jean de Boishue

29 mai 2015 | PAR Jean-Paul Fourmont

Jean de Boishue a été Secrétaire d’État chargé de l’enseignement supérieur, député, maire, et chargé de mission en mai 2007 auprès de François Fillon. Il a enseigné le russe à l’université, et publie ses souvenirs durant sa période de conseiller à Matignon auprès du Premier ministre de l’époque.

 

LE SECRET N’EXISTE PLUS EN POLITIQUE
Plus rien, aujourd’hui n’est vraiment secret.
Les notes internes, les télégrammes diplomatiques, les archives confidentielles, tout s’étale, au vu et au su de la presse.
Mais d’après l’auteur, il reste toujours une part d’ombre, d’irrationnel, c’est le comportement humain, les aléas des conjonctures, la vanité des hommes ou la crédibilité des pouvoirs.

JE ME SUIS FAIT VOYEUR POUR MIEUX VOIR
Il est proche de Fillon, mais ce n’est pas un hagiographe, ni un courtisan.
Il a fait sienne cette phrase d’André Gide « Je me suis fait voyeur pour mieux voir ».
Son témoignage, permet de savoir, comment cette période a été vécue du côté de l’équipe de Fillon, et de ses proches.
L’auteur raconte, ce qu’il voit, ce qu’il sent.
Il décrit les mœurs politiques, et les » codes », et « coutumes » de la fonction.

LA COHABITATION AVEC SARKOZY
L’auteur reconnaît aider le Premier ministre de l’époque à cohabiter avec le Président Sarkozy.
Il reconnaît avoir toujours voté pour Sarkozy, mais sans conviction, comme Benjamin Disraeli, le Premier ministre anglais de la reine Victoria « je vote avec mes amis comme un gentleman et non comme ma conscience, comme un aventurier ».
Il indique, que tout au long du quinquennat, Fillon a dû faire face à une hostilité du Président Sarkozy ou des collaborateurs de ce dernier.

SI NOUS VOULONS QUE TOUT RESTE TEL QUE C’EST, IL FAUT QUE TOUT CHANGE
L’auteur, reprend la phrase célèbre de Don Fabrizio Salina, le héros du roman » le guépard » :
« Si vous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change », pour dresser le portrait de Fillon, en hobereau de province, avec ses aspérités.
Et présente le président Sarkozy, comme un démiurge, et non comme un cynique, en opposition au Premier ministre, qui fut toujours loyal, malgré les attaques sournoises, de son propre camp.

L’auteur nous présente avec finesse l’antichambre du pouvoir, avec de nombreux souvenirs, ou pour être plus exact, avec son ressenti.
C’est-à-dire des non dits.
Pour lui, Matignon est un lieu où s’apprécient d’un coup d’œil les trois piliers de la réussite : la bonne éducation, l’allure et l’élégance.
Il y a beaucoup de détails importants soulevés dans le livre, qui méritent une réflexion ou un approfondissement.
IL expose par exemple que l’ancien maire du Havre (Ruffenacht) était venu sonder, à la demande du président Fillon, pour savoir s’il voulait rester à Matignon, ou une vision de l’écologie particulière (la deep ecology, à partir des idées de l’américain John Muir).
C’est en quelque sorte, un guide de cohabitation, pour un futur Premier ministre, du même courant politique.
François Fillon avait exposé, il y a quelques années, quel était le rôle du Premier ministre, dans le quinquennat.
La cinquième république a vécu de nombreux conflits, dans les couples de l’exécutif, comme Mitterrand et Rocard, ou Pompidou et Chaban.
L’auteur reproche à Fillon d’avoir été trop gentil, pour ne pas dire faible.
Le tout est écrit, dans un style parfait, et très littéraire.

Anti – secrets, Jean de Boishue, Éditions Plon, mai 2015, 17,90 euros, 219 pages ,

Visuel : DR

Gagnez 1 code VOD pour le film « Snow Therapy » de Ruben Östlund
« Coiffure et confidences » au Théâtre Michel
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture