Essais
Alain Rey, Dictionnaire amoureux du diable

Alain Rey, Dictionnaire amoureux du diable

15 décembre 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Dès 1964, principal collaborateur de Paul Robert, Alain Rey rédige les différents dictionnaires Robert Il est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés au langage et aux mots. Il est par ailleurs membre de la Commission de terminologie, créée par le Ministère de la culture. Il vient de signer un Dictionnaire amoureux du diable, récemment paru chez Plon.

[rating=4]

Alain Rey, Dictionnaire amoureux du diableLE DIABLE, UNE INVENTION DU CHRISTIANISME
Après plusieurs millénaires d’esprits malfaisants et de démons tourmenteurs, le christianisme a inventé le diable, héritier des serpents et des satans de la Bible. Il serait en quelque sorte l’œuvre de la diabolique espèce humaine. Les démons et le diable n’ont pas cessé de nous hanter. On n’y croit certes pas, mais ce rusé se sert même de l’incroyance. L’auteur relève, avec Dostoïevski et Baudelaire, qu’il est même plus fort s’il n’existe pas.

LE DIABLE JOUE TOUS LES ROLES
Entre superstition, religion et réalité, le diable joue tous les rôles : bourreau, victime, fantasme, tentation, péché, plaisir, malheur, etc. On le décrit, on l’évoque, on le représente, on le fait parler et chanter. Ecrivains, poètes, peintres, musiciens, si l’on doute de lui, le font exister. Avec dieu pour complice et l’enfer pour royaume, il se manifeste sans cesse dans l’histoire et la culture. On le traque et on le célèbre à la fois en chassant les sorcières et en diabolisant ce que l’on craint, tandis que d’autres l’adorent.

L’AMBIVALENCE DU MAL
Aujourd’hui, on le combat, on l’exorcise ou on l’adore. Chez les catholiques les plus conservateurs, on y croit dur comme fer et, quand parfois on se prend à douter, les maléfices humains rappellent sa vraisemblance. De A jusqu’à Z, ce sont des univers culturels fascinants que l’esprit du mal anime.

Cet ouvrage est très complet et très savant. Il permet de faire le tour de la question du diable dans la littérature, le cinéma et l’histoire. Ce Dictionnaire est très précis, il distingue par exemple antichrist et antéchrist. C’est un livre diablement intéressant qu’il est utile de consulter et d’avoir dans sa bibliothèque !

Alain Rey, Dictionnaire amoureux du diable, Plon, octobre 2013, 963 p., 26 euros.

[Bruges] « Spiritual Unity », un final éblouissant pour le December Dance de Wim Vandekeybus
[Live report] Le concert des 40 ans de Libération au centquatre à Paris
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *