Livres

Elite et libéralisme, Olivia Leboyer pose avec finesse la question du caractère démocratique de nos dirigeants

22 mars 2012 | PAR Yaël Hirsch

Paru ce mois-ci chez CNRS éditions, « Elite et Libéralisme » est le fruit d’un long et joyeux travail de recherche sur les élites. Avec, pour les démocrates d’entre-nous, une question qui fâche : si nos élus sont sélectionnés pour leurs compétences, ne forment-ils pas une sorte d’aristocratie au sein de nos sociétés ? Si oui, cela remet-il en cause le principe même de la démocratie : l’égalité ? Par l’analyse fine d’auteurs libéraux aussi divers que Guizot, Rawls et Hayek, et dans un style joliment littéraire, Olivia Leboyer, docteure en science-politique, nous convie à un véritable festin d’idées.

Tout part d’une remarque sur la contrariété que peuvent provoquer les notions d’élite et de hiérarchie dans nos sociétés. ceci semble jurer avec l’idéal démocratique d’égalité, même pour les penseurs libéraux qui sont pourtant soucieux de la compétence des responsables politiques et ne voient pas d’inconvénient majeur à ce que certains individus talentueux et spécialisés prennent en charge le gouvernement du peuple. A condition, bien sûr qu’ils lui rendent des comptes. Partant du cœur du 19e siècle et du roman « Dominique » d’Eugène Fromentin (1863), Olivia Leboyer y décrypte le passage de l’ancienne aristocratie (par le sang) vers la nouvelle (fondée sur l’éducation et le pari sur l’avenir). En s’appuyant sur des auteurs désormais classiques (Bernard Manin, Raymond Aron, Lucien Jaume, Raymond Boudon…) elle démontre  avec brio combien la nouvelle aristocratie est au cœur des nos projets politiques de démocratie moderne. Et, dans le corpus aux voix si diverses des libéraux, elle choisit trois auteurs clés : le penseur antidémocrate et homme politique français François Guizot (1787-1874), l’économiste autrichien et penseur libéral avant d’être démocrate Friedrich von Hayek (1899-1992) et l’auteur américain  de la « Théorie de la Justice », John Rawls (1921-2002) pour qui libéralisme et démocratie marchent main dans la main.

Par une interprétation fine de leurs textes clés sur l’élite, elle en vient à la conclusion brillante et mesurée qu’il n’existe pas “un” élitisme libéral, mais que les libéraux ont, chacun à sa manière, un grand “souci de l’élite”. Loin des théories  effrayantes de la sociologie élitiste (Gaetano Mosca, Roberto Michiels et sa fameuse « loi d’airain de l’oligarchie …) et de la sociologie critique (Pierre Bourdieu, Daniel Gaxie…) et se distinguant également de l’idée vertueuse de méritocratie républicaine, ces penseurs libéraux ouvrent la voie vers une pensée mesurée, apaisée mais également vigilante aux dérives possibles des critères qui constituent une élite nécessaire au bon fonctionnement de nos sociétés modernes. Avec un « souci » tout libéral de la participation de tous, et de l’évitement de la tyrannie de quelques uns ou de la majorité, ils mettent au point une échelle de valeurs et de critères qui permettraient d’assurer une « élite dans l’égalité » (Lucien Jaume).

Un ouvrage aussi riche qu’abordable pour tous et qui promet de devenir un classique en sciences sociales pour tous ceux et celles qui se demandent qui nous gouverne, et plus précisément qui est à même de nous gouverner.

Olivia Leboyer, « Elite et Libéralisme », CNRS Editions, 478 pages, sortie le 8 mars 2012, 26.60 euros.

Pour lire d’autres essais d’Olivia Leboyer, rendez-vous sur CAIRN.

 

L’ouverture de l’e-book Store sur Google Play semble imminente
Les petits chanteurs de Vienne à St Lazare
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *