Livres
Diglee, Autobiographie d’une Fille Gaga

Diglee, Autobiographie d’une Fille Gaga

30 juin 2011 | PAR Moriane Morellec

Dans la veine d’une Margaux Motin ou d’une Pénélope Bagieu, illustratrices de BD féminines de référence, s’impose Diglee, jeune auteur de 23 ans qui sort son premier livre, Autobiographie d’une Fille Gaga, aux éditions Marabulles.

« Je m’appelle Diglee, j’ai 22 ans, une sœur dingo et géniale, un homme roux, une Best Friend Forever qui me supporte depuis 10 ans, une mère super canon, et trop de cellulite pour mon IMC, malgré mes chorées diaboliques sur Lady Gaga. Et comme ma vie intéresse tout le monde, hein, bah… J’en ai fait un blog. Et puis de ce blog, j’en ai fait un livre. Voilà. » C’est ainsi que Diglee alias Maureen Wingrove, présente avec humour le contenu de sa première BD, Autobiographie d’une Fille Gaga.

Une couverture orange fluo avec un autoportrait de l’auteur version Gaga – noeud dans les cheveux, short à paillettes, talons hauts à brides en cuir – illustre la une du livre de Diglee. Dans les pages d’introduction en sépia d’Autobiographie d’une fille Gaga, Diglee présente les personnages qui parsèment les pages de son livre et de sa vie: «la petite soeur », « l’homme », « la B.F.F », « la maternelle », ses chats et elle-même, « bibi ».

Les dessins sont esthétiquement plaisants, le détail des personnages est toujours soigné (jusqu’à la boucle d’oreille ou l’imprimé des collants!) et le dynamisme de l’auteur est palpable. L’ambiance vraiment girly plaira aux filles dans leur vingtaine, où les personnages caricaturés, l’humour et l’autodérision omniprésente fera écho aux expériences de chacune. Autobiographie d’une Fille Gaga se lit rapidement et provoque quelques sourires dès les premières pages voire quelques rires au fur-et-à-mesure de l’avancement de la lecture. Les dessins alternent entre couleur, noir et blanc et sépia, ce qui permet au lecteur de ne pas voir les dessins se répéter d’une page à l’autre.

Un univers girly-parisiano-gaga

 

Un livre amusant, Autobiographie d’une Fille Gaga plonge le lecteur dans l’univers de Maureen Wingrove: ses inquiétudes (avoir la même tenue que sa B.F.F), ses loisirs (Lady Gagaaaaaa), ses idoles (Margaux Motin) ainsi que son regard parfois tendre, parfois naïf, parfois critique sur le monde qui l’entoure. Le reproche donné à la BD est de quelque fois avoir des teintes nombrilistes, où les « problèmes » (parfois futiles) du quotidien sont le centre du gag: « Nan mais il est gentil, attentionné, cultivé, il me fait souvent rire, c’est vrai…Et puis là pour mon annif il m’emmène à Disney…Quelque part c’est un peu le mec idéal » « Et ben alors? C’est quoi le problème? » « Ben c’est que justement: y’a pas de problème!!! Rien !» « Ah ouais… dur… ». C’est vrai quoi, dur d’avoir l’homme parfait.

En revanche, les scènes où les personnages de la vie de Diglee interviennent sont cocasses. La petite soeur de Diglee en particulier, « la frange jusqu’aux yeux et les Doc Marten’s vissés aux pieds» est toujours à l’origine de situations tellement invraisemblables qu’elles sont en fait, vraies – fabriquer un bracelet de cheveux, apprendre la choré de « Bad Romance » ou se trémousser à la Shakira en se déboîtant une vertèbre.

Un divertissement hyper-girly, un reflet de la fille parisienne et branchouille dans sa vingtaine, Autobiographie d’une Fille Gaga est une bonne bd dans la lignée des illustratrices et bloggeuses féminines.

Visuels: © Diglee

David Guetta: Nouveau clip « Where them grilz at »
Gagnez 10×2 places pour le film Léa de Bruno Rolland
Moriane Morellec

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *