Livres

Destinataires non communiqués de Grégoire Kocjan et Fabien Doulut

Destinataires non communiqués de Grégoire Kocjan et Fabien Doulut

24 mai 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte de Grégoire Kocjan et illustrations de Fabien Doulut

Grégoire Kocjan, sa femme Aurore et leur fils Silas, cinq ans, ont entrepris un petit tour du monde d’une durée de huit mois et demi Bali, l’Australie, l’île de Pâques et bien d’autres destinations intermédiaires jalonnent leur itinéraire. Avant de partir, le club des trois a créé une liste de mails auxquels il narre sous la plume du mentor du groupe, Grégoire, les étapes de leur voyage et les impressions qu’elles suscitent chez eux. Ce sont ces mails qui font ce livre et, contrairement à ce qu’on aurait pu craindre avant d’ouvrir le livre, ce n’est pas décousu du tout, le tout a une remarquable cohérence interne dans le rire et l’auto-dérision.

Chef d’œuvre d’humour incontournable, ce journal de bord richement illustré de photographies, bandes dessinées et citations tantôt fausses tantôt vraies est un pur antidépresseur. En lisant confortablement installé dans son canapé, les pieds dans les pantoufles, ces aventures rocambolesques, le lecteur se délecte en se disant qu’on est nulle part mieux que chez soi. Ce n’est pas précisément que cet ouvrage persuade de ne pas voyager, du tout, au contraire, certaines photographies font franchement envie et la liberté qui se dégage de ce récit donne envie de tout plaquer pour partir aussi à la découverte de sa forêt vierge idéale, mais au vu de certaines anecdotes relatant les déboires médicaux et alimentaires dont sont victimes les cobayes de ce tour du monde atypique, nous sommes sérieusement mis en garde de manière beaucoup plus franche et moins léchée que dans un guide sur quelques expériences qu’il est préférable d’éviter en voyage.

L’auteur ne mâche pas ses mots et c’est tant mieux, car c’est un véritable boute en train. Le lire donne envie d’avoir un ami aussi plein d’humour dans la vraie vie, cet écrivain qui se découvre a tout de l’humoriste à succès. Ce carnet de voyage est aussi très bien à lire aux enfants que les petites bandes dessinées amuseront, c’est un moyen de leur faire découvrir simplement ce qu’est un voyage et que, somme toute, mieux vaut le faire jeune pour s’adapter plus facilement aux mœurs autochtones. Un livre immanquable à tous âges, idéal à lire aussi bien en voyage pour se remotiver en cours de route que chez soi.

Holy Motors, le retour fracassant de Leos Carax
Cannes 2012 : Les prix de la semaine de la critique
Sandrine et Igor Weislinger

One thought on “Destinataires non communiqués de Grégoire Kocjan et Fabien Doulut”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *