Livres
« De Lénine à Gagarine » d’Alexandre Sumpf, une histoire sociale de l’Union Soviétique.

« De Lénine à Gagarine » d’Alexandre Sumpf, une histoire sociale de l’Union Soviétique.

24 juin 2013 | PAR Le Barbu

sumpfAlexandre Sumpf, maître de conférences à l’Université de Strasbourg, est un spécialiste de l’histoire de la Russie contemporaine. Cet ouvrage, publié dans la collection Folio Histoire, est une écriture de l’histoire sociale de l’URSS qui s’adresse aux non-spécialistes.

Début juin 1962, la ville soviétique de Novotcherkassk s’embrase comme jamais dans son histoire. Pendant trois jours, des personnes qui ne se connaissaient pas occupent les rues, s’emparent des principaux lieux du pouvoir, réclament à voix haute le droit de vivre mieux, dignement, justement. D’autres phénomènes comparables – connus, comme l’insurrection des marins de Kronstadt en mars 1921, ou moins fameux, comme les grèves à répétition des années 1920 ou la prise de pouvoir par les détenus des camps de Kenguir en 1954 – crèvent à intervalles réguliers la surface, lisse en apparence, de la société soviétique. Écrire l’histoire sociale de l’URSS, c’est écrire une histoire de dictature et de résistance, d’endurance et d’accommodement, d’adhésion et d’hésitation. Patriotisme, croyance à l’idéologie ou foi en la religion, opportunisme politique ou sacrifice pour la collectivité, religion, cinéma, littérature, éducation ou endoctrinement, vie quotidienne et standards de vie, mythe de la révolution prolétarienne et patrimoine du legs russe, terreur et Grande Guerre – tout dans cet ouvrage sans pareil est analysé afin de déterminer, autant que possible, dans l’interaction constante entre un régime et une société, des points d’équilibre, des lignes de compromis, des stratégies collectives et individuelles contradictoires.

Comment écrire une histoire sociale de l’Union Soviétique ?

L’ouvrage qui nous est proposé est avant tout un ouvrage de synthèse qui brosse le portrait d’une société et des individus qui la composent. Alexandre Sumpf cherche à rendre la parole à ceux qui en ont été privés sans les ériger en symboles ou en faire des archétypes. Conçue comme une « histoire globale », son approche se fonde sur la pluralité des points de vue ou des traitements thématiques de chaque catégorie, sans jamais offrir d’interprétations politiques ou polémiques. Il nous propose une histoire du social à travers l’histoire des mentalités, l’histoire de la culture matérielle, ou encore l’histoire du quotidien, dont l’analyse se concentre sur les groupes sociaux plutôt que sur des classes rigides. Mission difficile et complexe, certes, mais que l’auteur rend accessible par une écriture fluide et vivante, inscrite dans un souci de méthodologie évident. La lecture de cet ouvrage nécessite tout de même d’avoir une solide base de connaissances de l’histoire de la Russie. Et si ce n’est pas le cas, il est souhaitable de faire quelques lectures connexes afin de pallier cette lacune. Alexandre Sumpf embrasse pour nous toute une historiographie de travaux disponibles, et émet des hypothèses sans jamais fermer la porte aux questions que pourraient se poser le lecteur. Il nous laisse libre d’interpréter, de construire notre propre vision de la société russe, mais aussi d’imaginer d’autres problématiques.

Un vrai travail d’historien-sociologue, et un ouvrage de plus de 900 pages qui nous a conquis par sa construction et son style, et parce qu’il ne nous enferme pas dans UNE vison de la société russe mais nous laisse la liberté de nous en construire une plus personnelle. Mais si vous voulez qu’on vous raconte l’Histoire comme le roman chronologique de l’humanité, lisez autre chose.

A glisser dans votre valise pour un été russe.

 De Lénine à Gagarine d’Alexandre Sumpf, une histoire sociale de l’Union Soviétique.

Folio Histoire / Gallimard / Avril 2013.

Prix: 13.78 euros

« Cultures en transition », un film de Nils Aguilar : les nouvelles alternatives sont en marche
Gagnez 10×2 places pour la soirée A NIGHT with… DANNY DAZE, HOT SINCE 82, STEPHAN & TIBO’Z au Showcase le 19 juillet 2013
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture