Livres

Confinement : et si on en profitait pour rencontrer la Rencontre ?

Confinement : et si on en profitait pour rencontrer la Rencontre ?

26 mars 2020 | PAR Pulcherry Von Ober

Cette période de confinement place les personnes dans un cadre spacio temporel différent, et implique une autre manière de vivre. Aussi, afin de bien la vivre, et de la transformer en un atout, nous allons évoquer la Rencontre. Qu’est ce qu’une rencontre ? En effet, celle-ci prend toute sa valeur dans ce contexte. Oui, des rencontres peuvent avoir lieu, sans sortir.  

Toutelaculture a rencontré (par téléphone) Géraldyne Prévot Gigant, psychopraticienne. Nous vous partageons notre échange.

 

Comment définiriez-vous la Rencontre ?

La rencontre, je dirais que ce sont 2 individus.

Deux individus ? Pourquoi ?

Oui, 2 individus, parce qu’ainsi, il se passe toujours quelque chose de différent entre chacun des individus.  S’il y a 3 personnes, la rencontre se révèle différente. Elle ne prendra pas toute sa dimension.

Lorsque vous êtes 2 individus et que vous vous rencontrez, cela implique de la co création. De plus, ce qui peut se jouer en termes de révélation symbolique, cela, s’effectue uniquement à 2. La rencontre entre 2 individus se révélera toujours comme unique. C’est un peu comme une formule mathématique, cellulaire. C’est un agglomérat de vie, une composition musicale.

Est-ce que toutes les personnes peuvent vivre une Rencontre ? Pourquoi ?

Quand les personnes vivent en circuit fermé, c’est difficile. La vie est la même chaque jour, et en général ces personnes ont fait en sorte d’avoir un système répétitif. Ils s’enferment dans leur bulle. Ils peuvent être seul ou en famille.
Parfois le contexte peut favoriser un environnement mais attention, le contexte n’est pas emprisonnant. N’oubliez jamais, que vous en faites ce que vous souhaitez.

Il se peut aussi que certaines formes fusionnelles que possèdent certains enfants même devenus adultes, avec un de leur parent, ne facilite pas la rencontre. C’est en quelque sorte par loyauté envers la famille, ou l’un des membres de la famille, qu’il ou qu’elle reste célibataire. Cela peut être conscient ou inconscient.

Est-il possible qu’il existe différents types de rencontre ? Si oui, lesquelles ?

Oui bien sûr. Les rencontres ne s’effectuent pas uniquement d’un individu ou un autre. Il peut y avoir une rencontre forte avec un animal, un mentor, d’ailleurs ce dernier nous révèle à nos différents talents. Il existe aussi la rencontre artistique, la rencontre avec un art, un artiste ne sait pas encore que cet art va faire partie de sa vie, la rencontre spirituelle, la rencontre avec un maître spirituel, la rencontre avec la foi, la rencontre avec un lieu

Parlons de la rencontre amoureuse : aujourd’hui, la plupart des personnes s’orientent vers Internet et les sites de rencontres. Qu’en pensez-vous ? Est-ce une bonne idée ?

Je vais vous parler de ce que j’observe parmi patients et patientes.
Ce mode de rencontre favorise les projections. En effet, le virtuel accentue la possibilité de projeter toutes nos attentes, et pour peu que certaines personnes sachent s’y prendre, elles vont alimenter ces projections.

Consommons, consommons, c’est trop bon…Vraiment ?

L’autre écueil, est notre société. En effet, nous sommes aujourd’hui, dans une société consumériste. Nous avons besoin de quelque chose, nous cliquons, et nous sommes livrés.
Et nous reproduisons ce schéma, ce process de pensée, dans le domaine relationnel. Nous avons envie de rencontrer une personne, nous cliquons, et commençons à « discuter ». Donc, nous plaçons cette relation, dans un mode de relation à l’objet, consumériste. J’ajouterais qu il est important de réaliser que nous sommes dans une relation virtuelle et non réelle.

Comme la relation est en mode consumériste, forcément, cela va engendrer des réactions consuméristes, et des positions inconfortables. Les personnes peuvent échanger virtuellement, et d’un coup, plus d’échange, l’autre personne s’arrête brusquement. Ou encore, les personnes se voient autour d’un café, et puis, l’une s’engage émotionnellement plus que l’autre, et plus de nouvelles ensuite de la part de l’autre personne.

C’est « je prends, je jette », la parfaite relation kleenex.

Le virtuel, pour certains profils et pas pour d’autres
C’est pour cela qu’il est important de bien se connaître. Par exemple, si vous êtes une personne en quête d’une relation profonde, avec un engagement, qui demande un investissement émotionnel, sincèrement, je déconseille les sites de rencontres.
Les personnes qui sont vraiment dans le relationnel gagneront plus en souffrance en passant par les sites de rencontres.

Cependant, il existe aussi des personnes, qui sont moins dans la relation, mais plus dans l’action. Ce sont des profils plus narcissiques, moins dans l’affectif et qui  ne géreront pas la relation de la même façon. Par exemple un narcissique (l’autre a pour fonction de nous mettre en valeur) va très bien gérer le fait d’avoir des relations superficielles, de pouvoir rompre du jour au lendemain  toute discussion, une autre personne pourra le mettre en valeur…

Donc, il est important de bien se connaitre, de savoir quel type de relation, nous recherchons, avant de se lancer sur ce genre de site.

D’ailleurs, j’en profite pour ajouter que pour les personnes hypersensibles, les intuitives, les émotives, les créatives,  ce type de site peut se révéler délétère pour l’estime de soi. Imaginez, se faire jeter dès le premier café…comme un objet. Cela s’avère violent.

Toujours concernant les sites de rencontres, la photographie implique qu’une personne contacte une autre personne ou pas. Le physique un critère impératif ?

On en revient toujours à la relation à l’objet…On ne cherche pas à approfondir la relation. Vous savez, ces sites de par leur fonctionnement, entraînent automatiquement des comportements qui sont très « relation à l’objet ».

Une personne ne se réduit pas à un physique, comme une boîte de petit pois, ou un yaourt qu’on voit et qu’on prend. Il y a l’énergie qu’elle dégage, la façon dont elle s’exprime, sa lumière, son aura, son énergie, sa manière de bouger..

Il est important de garder à l’esprit que l’utilisation des applications sur les smartphones entraînent des modes de comportements qui ne satisfont pas un certain type de personnalités.

 

Qu’est ce qui fait qu’une rencontre amoureuse puisse se produire ou non ?

Je dis toujours à mes patients : on a des rendez-vous et en  même temps, notre libre arbitre. Mais la rencontre peut ne pas se faire car notre libre arbitre ne veut pas la voir, et cette rencontre nous échappe.

D’ailleurs, dans le contexte actuel, est-ce une idée judicieuse pour les célibataires de se ruer sur les sites de rencontres ? Pourquoi ?

Je pense que ce qui est important, c’est d’abord de se poser une question : de quel type de rencontre j’ai envie ?

« Tu te souviens de notre première rencontre ? »
Le contexte de la rencontre est important. En effet, nous allons construire la-dessus. Le contexte participe à la sublimation de notre relation, à la dimension créative, au sens de la fiction. C’est important de sublimer, c’est ce qui va nourrir notre relation, nous sommes les romanciers de notre relation.
Ensuite, il est aussi une question de génération.
Les plus âgés ont connu d’autres types de relation, ils ont vécu un contexte.
Les plus jeunes ont grandi avec les applications. Donc s’est devenu leur réalité, leur quotidien. A cela j’ajouterai que bon nombre d’applications sont conçues par une génération plutôt jeune, donc leur process de pensée se reflètent dans les algorithmes…qui conditionnent notre comportement…

Ce qui donnent à réfléchir. Doit-on préserver l’humain, ? La modernité prend t-elle le pouvoir ?

Sincèrement, au fond de nous, que souhaitons-nous vraiment ? Il est important de se questionner sur la relation. Que signifie être en relation avec une personne ?

Si nous voulons conserver un soupçon d’humanité, sans doute que nous allons être obligés de relationner avec des programmes.

Pensez-vous que ce que nous vivons actuellement aujourd’hui, modifiera les comportements humains en général d’une part, et leur manière d’appréhender les rencontres d’autre part ?

D’abord, j’insiste, nous devons être vigilants pour que nos outils de communications soient à notre service et ne pas nous rendre esclave d’eux.

Ensuite, pour répondre à votre question, je vais vous raconter une anecdote.
Comme vous le savez j’ai lancé un groupe de Parole pour les Femmes® qui se rassemblent et prennent la parole quant à un thème en particulier. Je vous prends l’exemple d’un groupe, appelons le X. Depuis plus d’un an, ces femmes avaient l’habitude de se côtoyer et de partager des choses parfois intimes, et ce, une fois toutes les 2 semaines durant 3 heures.
Le confinement a eu lieu, et de ce fait, le groupe n’a pu se rencontrer. Nous avons par ailleurs la possibilité de nous « rencontrer par internet ». Je précise que la moyenne d’âge de ces personnes est d’environ 35-40 ans, donc qui a l’habitude des outils internet.
Et bien, durant quelques temps, rien, silence radio. Personne n’a pensé à se reconnecter, à prendre des nouvelles…
Mon rôle de « soignant » a fait, que j’ai…laissé faire un temps. Puis, j’ai repris ma fonction de psychopraticienne.
Et j’ai découvert en discutant avec chacune d’elle, qu’elles n’ont pas pensé une seconde à avoir recours à internet…alors qu’’elles l’utilisent quotidiennement, voir même en télétravail.
Vous savez pourquoi ? Parce qu’elle se voyaient physiquement ! Inconsciemment, la séparation physique avait engendré chez elles une séparation émotionnelle. Le réflexe n’est pas venu de suite, de maintenir un lien grâce à la technologie.

J’en profite pour ajouter, ce n’est pas parce que nous ne manifestons pas de grandes embrassades, ou nous ne nous touchons pas, ou nous ne nous faisons pas la bise, que nous ne sommes pas attaché(e)s à une personne.
Le fait d’être distant physiquement ne change pas l’implication émotionnelle, affective…Cela est à comprendre, surtout si nous sommes appelées à prendre une certaine distance sociale…comme actuellement, pour des raisons sanitaires.

Donc, voyez, nos outils ne sont pas si intégrés que cela…

Au fond, les rencontres, des pas sur le chemin de l’Amour de Soi, de l’Amour des autres, de l’Autre, de l’Amour…tout court ?

Exactement ! Et de savoir le dire. Combien de gens n’arrivent pas à dire leur affection, leur attachement.
Notre modernité peut nous servir, et être au service de l’Amour, de la bienveillance, de la compassion.
Nos moyens de communication peuvent nous servir à transmettre notre énergie…

N’oublions, pas nous sommes tous liés. Alors avançons, pas à pas, à notre rythme, et regardons l’Amour en face de nous qui nous sourit et est prêt à nous accueillir… si nous savons lui ouvrir les bras.

 

——————-

Chères, Chers, « Chair » internautes, restez chez vous, prenez soin de nos personnels soignants, et si l’envie vous prend d’approfondir ces réflexions, Géraldyne Prévot-Gigant « La force de la rencontre » aux éditions Odile Jacob, 21.90 euros,228 pages, en mode E book. 

 

(Crédit photo : G.Prévot-Gigant, Pulcherry, Pixabay)

 

 

 

Les apparences sont trompeuses avec Geoffrey B. Small
« Le fonds de secours annoncé par le ministre de la Culture ne répond pas à l’ampleur des difficultés » : l’appel au gouvernement du milieu culturel.
Pulcherry Von Ober
Un regard posé sur l'esthétique car la beauté donne le ton de l'harmonie. Des papilles constamment en éveil ! http://www.sensetpeau.com/blog/ https://www.instagram.com/leschicsgourmandises/ @leschicsgourmandises

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *