Livres
Chloé Delaume remporte le prix Médicis avec son « Cœur synthétique »

Chloé Delaume remporte le prix Médicis avec son « Cœur synthétique »

06 novembre 2020 | PAR quentin didier

Le jury du prix Médicis récompense le nouveau roman de l’écrivaine, performeuse et musicienne Chloé Delaume. Pour lire notre chronique du livre c’est ici.  

Que se passe-t-il lorsqu’une relation prend fin après de nombreuses années et que l’on doit retourner à une toute différente vie de célibataire ? La lauréate connue pour son œuvre expérimentale majoritairement autobiographique, traite de ce sujet de société dans son dernier roman. Adélaïde se sépare de son compagnon après de longues années de vie commune. Un sentiment tout particulier, presque effrayant, la traverse alors qu’elle recherche à nouveau l’amour. En effet sa nouvelle quête n’entre pas en phase avec ses pensées féministes, a-t-elle réellement besoin de retrouver un homme ?

C’est avec l’histoire de cette crise existentielle que Chloé Delaume a conquis le jury du fameux prix Médicis. L’écrivaine au style torturée propose avec Le Cœur synthétique un ton plus léger mais toujours accompagné d’une remarquable écriture.

Le prix Médicis pour un roman étranger est attribué à l’espagnol Antonio Munoz Molina

A 67 ans, l’écrivain espagnol signe le récit poétique de ses nombreuses déambulations à travers Paris, Lisbonne, Madrid, ou encore New York. Un promeneur solitaire dans la foule suit ses pérégrinations et son quotidien entre naturalisme et lyrisme. Les promenades et rêveries d’Antonio Munoz Molina sont saluées par le jury Médicis dont il remporte le prix du roman étranger.

Le norvégien Karl Ove Knausgard remporte le prix Médicis d’essai

La conclusion de son cycle autobiographique permet à l’écrivain norvégien d’obtenir le prix pour un essai. Le conséquent (1400 pages) sixième tome de Min Kamp (Mon combat en français) clos ce cycle au succès retentissant notamment dans son pays natal : un demi-million d’exemplaires vendus pour une population de 5 millions d’habitants. Ce final intitulé Fin de combat aborde la confrontation que Karl Ove Knausgard entretient avec son père depuis le succès de son œuvre littéraire. Le prix Médicis récompense ici un écrivain au style maintes fois critiqué.

Visuel : Couverture du Coeur Synthétique (c) Le Seuil

Agenda du week-end du 6 novembre
Cassiel Gaube : « Je souhaite laisser apparaitre la musicalité des corps »
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *