Beaux-Livres
Yôkai, des monstres de papier très kawaii

Yôkai, des monstres de papier très kawaii

13 octobre 2022 | PAR Laetitia Larralde

Les Editions de La Martinière publient Yôkai, un recueil de quatre siècles de création japonaise sur le thème des esprits et autres créatures surnaturelles. Préparez-vous à rencontrer des monstres aussi étranges que sympathiques.

L’imaginaire japonais fourmille de créatures surnaturelles. Ceux que l’on appelle des yôkai ne sont pas des divinités (qui sont elles aussi nombreuses), mais des esprits issus du folklore japonais. Parfois effrayants, parfois amusants, les yôkai font partie du quotidien, et tout un chacun se doit de savoir vivre à leurs côtés. Car ils sont partout : dans le papier d’une cloison coulissante, au bord de la baignoire ou sur le bord d’un chemin, attendant l’arrivée d’un humain.

Le livre Yôkai a été pensé par un spécialiste du sujet, Yumoto Koichi, ancien conservateur du Kawasaki City Museum. Pendant des années, il a assemblé une collection de plus de 5000 œuvres sur les yôkai, sur différents supports et de techniques variées, qui est aujourd’hui conservée au Miyoshi Mononoke Museum à Hiroshima. Ici, nous pouvons admirer les œuvres sur papier telles que des peintures ou des gravures, en rouleau, livre, tablette votive, enveloppe ou boîte d’allumettes. Mais ce n’est pas un dictionnaire des yôkai comme l’a fait Shigeru Mizuki, plutôt un portrait en mosaïque de leurs représentations.

Certains yôkai sont issus des peurs, petites ou grandes. La peur d’un voyageur isolé la nuit, la peur face aux mystères de la nature ou la peur de l’inconnu donnent naissance à des créatures effrayantes. Mais donner un visage à ces esprits permet dans une certaine mesure de s’affranchir de cette peur. Ainsi, au fur et à mesure que les images de yôkai se diffusent dans le pays, notamment grâce à l’essor de la gravure pendant la période Edo, certains évoluent du monstre inquiétant à une créature sympathique, apprivoisée.

D’autres yôkai viennent de la croyance japonaise que tout a un esprit, être vivant comme objet inanimé. Ainsi, on retrouve des esprits d’objets, tels que des casques d’armure, des nécessaires à thé, des sandales de bois ou encore des serpents de paille. Et puisque tout esprit a droit au respect, prenez garde à ne pas en insulter un, au risque qu’il devienne un esprit vengeur. Les esprits d’objets évoluent avec la société, et si on ne les voit pas dans ce livre, l’époque industrielle et ses nouvelles formes a apporté quantité de nouvelles idées de créatures, que l’on retrouve encore aujourd’hui dans les mangas ou animés.

De nombreux animaux sont également présents dans les pages de ce livre. On croise bien entendu les célèbres renards et tanuki, à la tête de tout un cortège de loutres, hiboux, rats, poissons ou moineaux. Les yôkai les plus connus cohabitent avec d’autres plus rares, issus de l’imagination d’artistes parfois inconnus ou anonymes. Preuve en est que les yôkai sont un élément totalement intégré à la culture populaire japonaise.

Yôkai compile sur plus de 500 pages un grand nombre de reproductions très variées. En couleur ou en noir et blanc, avec un dessin travaillé ou simplifié, adressé à des lettrés ou aux classes populaires, les images de yôkai transcendent les hiérarchies sociales, les âges ou les régionalismes. Reproduites en gros plans et dans leur totalité, les images nous ouvrent une fenêtre sur l’inconscient japonais. Et après avoir refermé ce livre, même la parade nocturne des 100 démons nous paraît moins effrayante.

Y?kai. Créatures et esprits surnaturels du Japon, de Koichi Yumoto
520 pages, 40€ – Editions de La Martinière

Visuel : couverture du livre

The Very Best of John Williams à la Seine Musicale : Une plongée harmonieuse dans l’histoire du cinéma américain
« Laboratoire Poison » à la Belle de Mai : une belle réflexion sur les questions de représentation théâtrale
Avatar photo
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture
Registration