Beaux-Livres
Trésors des églises parisiennes de Bertrand Dumas

Trésors des églises parisiennes de Bertrand Dumas

17 septembre 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte de Bertrand Dumas, préface de Marc Fumaroli et photographies de Clément Guillaume

Cet ouvrage extrêmement bien documenté relève le défi d’inventorier et d’analyser les chefs d’œuvre qui ont leurs places dans cinquante et une églises parisiennes ( la basilique St Denis étant la seule sortie de la capitale, amplement justifiée par sa magnificence). Parmi ces édifices religieux, nous redécouvrons les plus connus, dont Notre-Dame, le Sacré-Cœur et la Sainte Chapelle ce qui fait de ce livre un excellent guide pour les touristes, mais aussi des lieux que même les parisiens les plus passionnés de l’histoire de leur ville ne connaissent pas forcément comme la chapelle de l’infirmerie Marie-Thérèse boulevard Raspail, qui n’est accessible que pendant les visites guidées.

Les photographies de Clément Guillaume, d’une remarquable qualité compte tenu des lieux extrêmement sombres dans lesquels elles sont prises, restituent la splendeur des œuvres et la dimension souvent mystérieuse voire mystique qu’elles ont.

Le seul mot « religieux » bloque à tort beaucoup de visiteurs pour leur faire franchir le pas et pénétrer dans une église. Nombre d’entre eux seront bien surpris si, ouvrant ce livre par curiosité, ils découvrent des Tintoret, des Corot, des Delacroix, des Girardon et autres merveilles. Bertrand Dumas nous conte la vie de chaque artiste, son œuvre et analyse le tableau, la sculpture, le travail sur lequel il attire notre attention. Ce faisant, il nous met ou remet en mémoire également des épisodes historiques concernant la construction des édifices et aussi des scènes religieuses tirées de la Bible.

Visiter les églises est aussi l’occasion d’admirer les vitraux: un travail souvent féerique, splendide de coloris, peu exposé dans les musées et qui mérite toute notre attention. Les œuvres exposées s’étendent sur près de dix siècles, la plus récente étant la dernière réalisation de Keith Haring: son triptyque en bronze représentant La vie du Christ réalisé en 1990 et exposé à l’église Saint-Eustache près des Halles.

Ces œuvres d’art ne font pas seulement voyager à travers les siècles, elles sont aussi internationales, nous découvrons des artistes français bien sûr mais aussi anglais, belges, italiens comme Rutilio Manetti…Si le caractère spectaculaire de beaucoup de ces œuvres frappe: crucifixion, accouchement, conversion…d’autres se font plus discrètes et auraient pu, au milieu de tant d’ornements, ne pas frapper notre œil lors de la visite. C’est le cas de la maquette de façade de Salomon de Brosse qui figure à l’intérieur de l’église Saint Gervais, un bel exemple d’architecture française du XVIIème siècle.

Ce livre éduque notre œil à mieux regarder l’art religieux et à franchir les portes des églises pour prendre le temps de contempler les chefs d’œuvre qu’elles recèlent. Un ouvrage passionnant pour tous ceux qui aiment l’art.

Max et Moritz avec Claque-du-bec & Cie de Wilhelm Busch
Oxmo Puccino fidèle à la poésie et au Hip-hop avec Roi sans carrosse, son nouvel album
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture