Beaux-Livres
Salammbô: le catalogue de l’exposition Pour «Fixer le mirage»

Salammbô: le catalogue de l’exposition Pour «Fixer le mirage»

13 juillet 2021 | PAR Jean-Marie Chamouard

2021 est l’année de la commémoration du Bicentenaire de la naissance de Flaubert. L’exposition Passion, Fureur, Éléphants consacrée à Salammbô concernera trois sites: le musée des Beaux Arts de Rouen jusqu’en septembre puis le Mucem à Marseille et le musée du Bardo à Tunis l’année prochaine. Gallimard propose un ouvrage qui relate et complète cette exposition.

La genèse d’un monument de la littérature

Le catalogue de l’exposition débute par une présentation de Carthage et du mythe de Didon, la princesse phénicienne qui a fondé la ville. Il se consacre ensuite à la genèse du roman, un travail de titan, effectué entre 1856 et 1862, comme en attestent les nombreuses photographies du manuscrit, des brouillons et des notes de Flaubert. La documentation était «le moyen d’imaginer» et il a fait pour cela le voyage jusqu’à Tunis. Il présente une vision moderne et esthétique de l’antiquité. Il ne s’agit pas d’un travail historique ou archéologique mais d’une «évocation du passé». Flaubert n’oublie pas le contexte politique contemporain et il rapproche la guerre des mercenaires à Carthage de la révolution de 1848, la prise du pouvoir par Hamilcar de celle de Louis Napoléon Bonaparte.

Les nombreuses vies du roman

Flaubert refusait toute illustration de son roman, «pour ne pas démolir son rêve».Les images doivent rester intérieures. Elles habitaient l’auteur, prenant un caractère onirique voire hallucinatoire. Mais Salammbô est devenue une source d’inspiration majeure pour les arts plastiques. Les artistes s’emparent du roman après la mort de Flaubert en 1880. Les œuvres seront truculentes comme le tableau Salammbô et le festin des mercenaires d’Antoine Druet, tragiques comme la Statue de Matho, vaincu au défilé de la Hache. La dimension érotique de Salammbô est magnifiée dans la statue de Théodore Rivière: Salammbô chez Matho. Le roman a inspiré des œuvres transgressives comme l’union de la femme et du serpent dans «die Sünde – le péché» de Franz Von Stück ou avant-gardiste dans le Jardin de la France de Max Ernst. Les premières illustrations de Salammbô sont des «eaux fortes» en 1880. Le roman deviendra une source d’inspiration pour de véritables livres d’Art. Avec Philippe Druillet la littérature rentre, en 1980, dans le monde de la bande dessinée. La gueule effarante du Moloch en couverture est une promesse de démesure graphique! Flaubert aimait l’opéra et confia à Ernest Reyer la composition du premier opéra consacré à Salammbô. Le cinéma s’empare du thème à partir de 1924. Il est abordé dans le livre par des affiches et photographies spectaculaires. Le roman de Flaubert va donner un nouvel essor à l’archéologie à Carthage grâce aux fouilles et au musée du Père Delattre. L’iconographie consacrée à l’archéologie est très belle.

Un ouvrage collectif et multidisciplinaire

Le préfet de Normandie a déclaré l’exposition Salammbô: «Passion, Fureur, Éléphants», exposition d’intérêt national. Elle doit se poursuivre à Marseille puis à Tunis. La publication par Gallimard du catalogue de l’exposition est donc la bienvenue. C’est un livre savant, certains textes sont difficiles. Les articles consacrés à la genèse du roman, au contexte politique d’alors, sont remarquables comme ceux traitant du rôle de l’image dans la pensée de Flaubert. Certaines reproductions de peintures sont magnifiques, comme Salammbô et les colombes, d’autres spectaculaires comme la bataille du Macar ou la charge des Éléphants. Le catalogue relate très bien l’exposition, réalisant une étude complète, multidisciplinaire qui aborde l’œuvre de Flaubert dans ces dimensions multiples. Il démontre le rôle fondamental de l’œuvre de Flaubert dans la création artistique à la fin du 19ème et au 20ème siècle.
Le catalogue de l’exposition pourra intéresser l’amateur de littérature ou d’histoire de l’art et séduire par la qualité de ses illustrations. Le livre se termine par les photographies de la ville de Salammbô actuelle et par l’opinion d’écrivains tunisiens contemporains. Cet ouvrage collectif est donc un lien entre les deux rives de la Méditerranée.

Salammbô: catalogue de l’exposition, ouvrage collectif, Gallimard, 322 pages, 39 Euros, sortie en mai 2021.

Visuel : Couverture du livre

Avignon OFF : Sosies, un Rémi De Vos tendre et drôle
[Cannes 2021] Jour 7 : La jeunesse à la Quinzaine, Wes Anderson tel qu’en lui-même
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture