Beaux-Livres
« Paris au XVIIIème siècle » de Nicolas Courtin

« Paris au XVIIIème siècle » de Nicolas Courtin

29 octobre 2013 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

paris-au-xviiie-sie-52455c72f3e0bSous titre: Entre fantaisie rocaille et renouveau classique

Au XVIIIème siècle, les conditions d’hygiène et de salubrité publiques évoluent à Paris, la ville s’orne de superbes fontaines qui demeurent encore de nos jours comme celle des quatre saisons rue de Grenelle, les constructions sur les ponts sont démolies, l’architecture se réinvente, les classicisme est contesté et laisse place à la rocaille et au néoclassicisme dont quelques exemples flagrants perdurent de nos jours tels que l’église St Sulpice ou encore la façade de l’Ecole de Chirurgie, rue de l’Ecole de Médecine, qui fait référence à l’Antiquité. Paris se veut ville Lumière et tente de s’organiser autour de superbes places dont la fameuse place royale. Les entrées des édifices les plus imposants sont mises en valeur par de splendides portails, le théâtre triomphe comme haut lieu culturel, les demeures privées rivalisent avec les demeures publiques dans des extravagances de faste saisissants, des cages d’escalier somptuaires, des hôtels particuliers prestigieux comme celui de Beaumarchais près du château de Vincennes.

512l8dMxUAL._SY445_Nicolas Courtin est enseignant, historien de l’Art et chargé de mission à la commission du Vieux Paris. Il a publié différents ouvrages dont Paris Grand siècle (Parigramme, 2008) et L’Art d’habiter à Paris au XVIIème siècle (Faton, 2011). C’est donc tout naturellement qu’il s’intéresse ensuite en détails au XVIIIème siècle dans cet immense ouvrage, tant par sa taille que par son contenu, qui nous replonge dans cette époque où Paris est alors une des plus grandes et des plus prestigieuses villes d’Europe.

Au travers des plans de l’époque, des tableaux et des photographies des bâtiments qui existent encore de nos jours, nous revivons Paris il y a trois siècles dans tout son faste, nous sommes subjugués par la galerie dorée de l’hôtel de Toulouse et autres merveilles telles que Bagatelle au bois de Boulogne. Un guide qui rend un peu nostalgique du faste d’antan et très admiratifs de ces intérieurs et extérieurs qui ont perduré jusqu’à nos jours avec un charme indémodable.

Editions Parigramme – date de parution: octobre 2013 – 192 pages – 320 illustrations (photographies et documents anciens) – 45 euros – visuels (c): Editions Parigramme

Mercure : revue volante non identifiée
Le prix Nadar des Gens d’images 2013 va au livre « L’asile des photographies »
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *