Beaux-Livres
Les Beaux-Livres de Noël 2020

Les Beaux-Livres de Noël 2020

21 décembre 2020 | PAR Yaël Hirsch

Comme chaque année, la rédaction partage avec vous sa sélection de beaux-livres.

Le corps des femmes : une jolie mise en cause de l’injonction à la Beauté

Sous la houlette de Laure Adler qui démarre le livre bille en tête sur l’image d’elle-même traversant un pont à New-York avec sa première mini-jupe, Le corps des femmes est un beau livre qui remet en cause les codes subliminaux que porte la tradition picturale occidentale sur le corps des femmes. « A la femme dans l’atelier est assigné le statut de modèle ».

La première partie est dédiée au décryptage des classiques de la « femme regardée » thématiquement présenté, s’étalant de l’Antiquité à Louise Bourgeois, avec aussi bien Diane, Marie que la Vénus de Velasquez et l’odalisque de Boucher en points d’orgue. La deuxième montre comment les femmes regardent aussi bien dans l’Odalisque de Ingres, que Le déjeuner sur l’herbe ou L’Origine du monde, mais aussi chez Dorothea Tanning. Et puis une dernière partie, plus courte, est dédiée aux « femmes qui se regardent » qui commence étrangement avec l’empreinte de leurs corps chez Klein ou De Kooning et qui se poursuit par des oeuvres de Niki de Saint-Phalle, Frida Kahlo, Eva Hess ou Nan Goldin.

Un beau livre qui décortique des lieux communs en nous familiarisant avec de grandes toiles et qui se présente comme un voyage ouvert à toutes et tous, sans besoin de connaissances préalables.

Laure Adler, Le Corps des Femmes, Albin Michel, 176 p., 203mm x 280mm, Sortie le 28 Octobre 2020, 35 euros.

 

Longing for nature, une histoire du paysage chinois

Le catalogue (en anglais) de l’exposition du musée Rietberg de Zurich nous propose un voyage virtuel et esthétique dans les paysages de Chine. Couvrant plus de six siècles d’un art très codifié réservé à une élite intellectuelle, on découvre un art à la fois moderne et très ancré dans la tradition. Associant poésie, calligraphie et peinture, la lecture de ce livre est une évasion stimulante vers les contrées idéales de ces hommes se rêvant ermites de montagne.

Les textes de commissaires de l’exposition nous donnent quelques clés essentielles à la compréhension des œuvres qui sont bien plus complexes que ce que laisse penser le dépouillement des lavis. Elles renferment des idées politiques, des indications sur la société qui les a vu naître, ainsi que de nombreuses références à d’autres artistes ou à des mythes populaires. La preuve est faite ici qu’atteindre la simplicité, l’essence d’une chose, est un art extrêmement complexe.

En attendant de pouvoir recommencer à voyager, Longing for nature ouvre des perspectives infinies sur des paysages de légende.

Longing for nature – Reading landscapes in Chinese art, Ouvrage réalisé sous la direction de Kim Karlsson et Alexandra von Przychowski –  Hatje Cantz Verlag, 256 pages, 42€

 

Les fantômes du Japon de Benjamin Lacombe

En se basant sur les récits de Lafcadio Hearn, journaliste installé au Japon à la fin du XIXème siècle, Benjamin Lacombe nous entraîne dans le monde des yokai, les esprits japonais. Kappa, renard qui se transforme, éléphant à six défenses ou homme-requin, chacun de ces contes populaires recueillis par Lafcadio Hearn prend vie sous le crayon de Benjamin Lacombe.

Dans un univers sur le fil entre le monstre mignon et l’inquiétude du surnaturel, les contes sélectionnés sont centrés autour de la représentation animale. Partant du fond des océans, on remonte progressivement à la surface jusqu’à s’envoler avec le mystérieux papillon du dernier conte. Les très belles illustrations empruntent des références au studio Ghibli comme aux grands maîtres des estampes japonaises, ainsi qu’aux motifs arts and crafts, créant ce style particulier à Benjamin Lacombe.

Pour ne rien gâcher, le livre lui-même est un bel objet. Avec sa couverture entoilée et embossée de motifs cuivrés, cet écrin raffiné fait la part belle aux illustrations, tout en offrant également de nombreuses notes sur les contes. Un livre qui ravira petits et grands.

Esprits et créatures du Japon, de Lafcadio Hearn et Benjamin Lacombe, 172 pages, 29,95€, Editions Soleil

 

Siam au Fil de l’eau, un conte musical incontournable

Livre et musique caractérisent le beau-livre pas comme les autres, le conte musical Siam, au fil de l’eau Un conte musical, écrit par Arnaud Thorette, illustré par Olivier Latyck et mis en musique par Johan Farjot nous plonge dans les années 1970 où n au Viet-Nam, la mère de la jeune Siam lui parle des ses amours pour un soldat américain que la petite fille ira chercher jusqu’à San Francisco…

Une coédition en 6 chapitre et 19 chansons de Flammarion Jeunesse & de Contraste Productions qui affiche des noms prestigieux venus du classique (Karien Deshayes, Ensemble Contraste et Yanowski), de la pop (Tim Dup, Rosemary Standley, Albin de la Simone) et voix célèbres (Gérard Jugnot, Sara Giraudeau, Ariane Ascaride, François-Xavier Demaison…) pour une épopée merveilleuse, jamais orientaliste ou clichée et qui a la chanson et la comédie musicale au coeur.

Siam au fil de l’eau, Flammarion Jeunesse, 48 p, livre et CD, paru fin octobre 2020, 23,90 euros. 

Le grand livre du Petit Nicolas, un très gros classique

Gallimard Jeunesse et IMAV éditions se sont amusés à rassembler tout l’univers du Petit Nicolas dans ce magnifique grand album qui regorge de secrets et de pop-up. C’est un objet à offrir aux enfants dès qu’ils savent lire et à toutes les générations que l’évocation seule du prénom Eude fait marrer!  L’ouvrage est classé par thèmes : les copains, l’école, les filles, les vacances et se lit dans tous les sens. A l’occasion de la nouvelle année sort d’ailleurs un grand calendrier Le Petit Nicolas.  Si c’est pas chouette ça !

Le grand livre du Petit Nicolas, Gallimard Jeunesse/IMAV éditions, 70 pages, 24,90 euros

 

Alain Buffard, good boy, la somme qui vous apprend tout sur cette danse.

La couverture est en elle-même un acte. On y voit les danseur d’Alain Buffard, génial chorégraphe mort en 2013, dans leurs iconiques slips blancs (oui au pluriel) sous des néons bien glauque.  Et cette couverture est en réalité un poster.  Il s’agit de prés de 400

pages, qui rassemblent interview, témoignages et archives.  Ce livre a été réalisé par Les presses du réel-Centre National de la Danse est en fait un dictionnaire qui de A comme alain(s) à Y(oukali) vous apprendra tout de cette zone si vivante qu’est la « non danse ».

Alain Buffard, Good Boy.  Ouvrage collectif sous la direction de Fanny de Chaillé, Laurent Sebillotte et Cécile Zoonens publié par Les presses du réel en co-édition avec le CND. 

visuels : ©couvertures de livres et photos officielles

Agenda culture de la semaine du 21 décembre 2020
Une playlist pour en finir avec l’année 2020
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture