Beaux-Livres
Je n’ai rien à te dire sinon que je t’aime Correspondances amoureuses

Je n’ai rien à te dire sinon que je t’aime Correspondances amoureuses

23 octobre 2013 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

591Edition établie et commentée par Dominique Marny

Les plus belles lettres d’amour des plus grandes personnalités françaises sont ici réunies. Les histoires romantiques vécues entre Napoléon Bonaparte et Joséphine de Beauharnais, Chopin et George Sand, Léon Bloy et Jeanne Molbech, Victor Hugo et Juliette Drouet nous sont résumées puis nous découvrons leur correspondance originale et retranscrite pour nous permettre de la lire plus facilement. Toute la beauté, la magnificence de l’amour s’exaltent dans ces missives terriblement romantiques.

Les photographies en noir et blanc des différents protagonistes nous aident également à nous projeter dans ces histoires d’amour. Certains des auteurs déconcertent par leur prolixité à aimer: ainsi, Emile Zola et ses « deux femmes » ou encore Jean Cocteau et ses multiples amants, d’autres passions deviendront hélas malheureuses  comme celle de Guillaume Apollinaire pour Lou qui ne l’aimera pas avec la même constance que lui ou celle de Saint-Exupéry pour une mystérieuse inconnue qui ne l’aimera pas du tout. Mais ce qu’il y a de merveilleux avec ces lettres, c’est qu’elles fixent pour l’éternité toute la passion que ressentent ceux qui les écrivent avec difficulté, maladresse et émoi. Ces missives ne sont parfois que simples billets doux comme ceux que Cocteau adresse à Marie Scheikevitch.  Certaines de ces histoires ne durant que quelques mois, quelques années, d’autres au contraire dureront toute la vie ainsi la romance de l’écrivain Léon Bloy avec Jeanne Molbech « Mon sang, mes larmes, ma vie, tout est à toi » lui dit-il, une phrase fougueuse et inspirée parmi tous les mots de ce recueil qui donnera même aux plus désabusés l’envie de croire de nouveau en l’amour et d’écrire à leur tour des lettres inoubliables.

Editions Textuel en partenariat avec le musée des lettres et manuscrits – date de parution: 23 octobre 2013 – Relié, couverture toilée sérigraphie – 192 pages – 39 euros – visuels (c): Editions Textuel

[Live report] Un seul être vous manque : pas de Babyshambles à l’Olympia…
Georges Descrières, le comédien et interprète d’Arsène Lupin est mort
Sandrine et Igor Weislinger

One thought on “Je n’ai rien à te dire sinon que je t’aime Correspondances amoureuses”

Commentaire(s)

  • Mazon

    Enfin un compte-rendu clair et détaillé sur cet ouvrage!!! Merci!

    novembre 23, 2013 at 15 h 52 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *