Beaux-Livres
Après on oublie, un récit photographique de Bruno Dubreuil

Après on oublie, un récit photographique de Bruno Dubreuil

01 février 2021 | PAR Pauline Lisowski

Dans sa démarche de photographe, plasticien, Bruno Dubreuil intègre souvent l’écriture dans ses œuvres. Il explore des souvenirs et la mémoire comme un voyage intérieur et physique. Cet ouvrage fait suite à un premier livre composé de façon chronologique. L’artiste et Claire Jolin, l’éditrice, ont imaginé un objet livre où se recolleraient des histoires. L’éditrice a privilégié des choix plastiques atypiques pour accentuer les liens entre deux histoires déstructurées. Certaines photographies du livre furent exposées en amont de celui-ci.

Inspirations familiales

Bruno Dubreuil revient sur ses souvenirs et échanges familiaux avec la volonté de retracer les raisons de la disparition d’un membre de sa famille dans ce récit photographique. Des histoires sont associées et des jeux d’écho se créent entre elles. Le lecteur peut se perdre dans la lecture, tout comme l’artiste s’est lui-même perdu en tentant de reconstruire l’histoire familiale.

Des pages sont coupées dans la largeur, comme les traces des brisures dans la généalogie de l’être humain. Des vrais et faux raccords se révèlent, ponctués par un cahier central qui questionne l’exercice de la lecture. Les textes qui accompagnent les photographies nous livrent les doutes de l’auteur et les émotions du photographe.

Même s’il est douloureux, le souvenir est nécessaire pour garder en mémoire les faits tragiques, afin d’éviter qu’ils se renouvèlent. En manipulant l’ouvrage, le processus mémoriel se met en marche. Nous découvrons le parcours de l’artiste sur les traces de personnes disparues. Le violet, couleur du deuil, choisi pour la couverture change progressivement, devient plus clair au fil du livre. Cette variation subtile fait écho à l’éclaircissement qui s’établit dans la mémoire de l’auteur-photographe.

Un livre d’artiste 

Ce livre d’une grande sensibilité dans son écriture nous incite à la réflexion, à un devoir de mémoire et de prise de conscience des lieux désormais blessés, meurtris et dont l’accès sollicitent un besoin de savoir.

Après on oublie constitue un livre d’artiste, à la marge entre récit et photographie. Il sollicite un lecteur, spectateur actif. Cet ouvrage nécessite un certain soin tout comme l’on doit prendre soin de sa mémoire, qui se décompose et se recompose.

Bruno Dubreuil, Après on Oublie, Un récit photographique de Bruno Dubreuil, Un objet-livre dessiné par Claire Jolin,  Editions Orange Clair, 39 euros.

 Visuels © BrunoDubreuil : textes et photos / Claire Jolin : dessin du livre

« 100 % Japon » de Jean-Marie Bouissou : Découvrir et comprendre un pays
Kev Gad & Friends : que c’est bon de rire !
Pauline Lisowski

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture