BD
Rétrospective Peyo, l’homme derrière les Schtroumpfs

Rétrospective Peyo, l’homme derrière les Schtroumpfs

05 mai 2017 | PAR Laetitia Larralde

Les Schtroumpfs, la marque belge la plus connue au monde sans que personne ne le sache, se mettent en retrait pour faire place à leur créateur lors de la rétrospective Peyo, à la Fondation Folon de La Hulpe.

Si on vous demandait de citer un des personnages de bande-dessinée les plus célèbres, les Schtroumpfs arriveraient tout en haut de la liste. Leur succès est international, et chaque pays, chaque langue, se l’est approprié en les renommant (the smurfs en anglais, Lánj?nglíng, le petit esprit bleu en chinois, i puffi en italien…), voire même en adaptant certains détails, notamment aux Etats-Unis (où le cosmoschtroumpf est devenu astrosmurf). Les petits lutins bleus issus de la bande-dessinée se déclinent aujourd’hui en dessins animés, figurines, jouets, long métrages… Une entreprise si importante qu’on en oublierait presque l’homme à l’origine des personnages.
C’est la mission que se sont donné José Grandmont et Hugues Dayez, les deux commissaires de l’exposition : sortir le créateur de l’ombre de ses créatures. Pari réussi grâce à la mise en place d’une biographie illustrée de Pierre Culliford, alias Peyo. Excluant volontairement tout ce qui n’a pas été fait par Peyo lui-même, comme les albums réalisés par le Studio Peyo après sa mort en 1992, ou les dessins animés d’Hanna-Barbera, ce recueil d’une vie dévoile un auteur exigeant avec une vision de son œuvre étendue au-delà de la bande dessinée.

Des documents rares prêtés par la famille de Peyo sont exposés : les premiers carnets de croquis, les publicités réalisées en début de carrière, les recherches de personnages… Peyo se considérait comme un « laborieux du dessin », et ces originaux nous montrent à quel point il a cherché et travaillé avant d’arriver à son style si particulier. Si comparé à son ami Franquin il n’avait pas une aisance immédiate dans le dessin et qu’une planche lui demandait plus de travail que pour d’autres, les repentirs du début disparaissent rapidement pour laisser place à des planches d’une grande lisibilité, au trait assuré et à la mise en scène quasi cinématographique. Pour lui le dessin a vite pris la place de support pour développer ses histoires, mettant en valeur son vrai talent, celui de narrateur.

Peyo a essayé de développer d’autres personnages que les Schtroumpfs, comme Johan et Pirlouit et Benoît Brisefer, qui ouvrent et ferment l’exposition. Mais Johan et Pirlouit, créés peu après son arrivée au journal Spirou et pourtant à l’origine des Schtroumpfs, sont eux aussi éclipsés par les petits lutins, et Benoit Brisefer est rapidement confié à d’autres dessinateurs à cause de la surcharge de travail. Rien, humain ou dessiné, ne semble pouvoir cohabiter avec les Schtroumpfs sur le devant de la scène.

La fondation Folon, installée dans la ferme du château de la Hulpe, offre un cadre idéal pour recevoir la rétrospective Peyo. Outre le côté retiré du parc Solvay qui correspond à l’idée du village isolé et autosuffisant des Schtroumpfs, la collection de Jean-Michel Folon présente un parallèle intéressant avec l’œuvre de Peyo. En effet, Folon a souvent représenté un homme bleu, l’homme universel. Ses illustrations racontent elles aussi des histoires, quand elles ne sont pas carrément découpées en cases. Et il a également fait le tour du monde avec ses dessins, avant d’explorer différents médias, de quitter les pages de ce livre qui le captive.

Située au sud de Bruxelles, la rétrospective Peyo est l’occasion de retrouver des personnages de notre enfance tout en profitant d’un cadre pastoral verdoyant.

Peyo, a retrospective

Fondation Folon, Ferme du château de La Hulpe (Parc régional Solvay)

Drève de la ramée, 6A – 1310 La Hulpe – Belgique

www.fondationfolon.be

visuels ©Peyo

Infos pratiques

11 . Gilgamesh Belleville
Théâtre L’Avant Seine, Colombes
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *