BD
Plongée graphique dans le monde intérieur de Yayoi Kusama

Plongée graphique dans le monde intérieur de Yayoi Kusama

14 novembre 2020 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Nombreux sont les artistes qui ont désormais droit à leur BD. L’illustratrice Elisa Macellari a choisi de se pencher sur la vie de Yayoi Kusama au travers d’un roman graphique à l’esthétique sublime. Kusama : Obsessions, amours et art est à retrouver aux éditions du Chêne.

Un talent certain mais des troubles passés sous silence

Avant-gardiste et anti conformiste, Yayoi Kusama a constamment cherché à aller plus loin dans son art tout en restant fidèle à son style, reconnaissable parmi tant d’autres. Aplats de couleur, forte présence du rouge, du noir, du jaune, ce sont surtout les pois qui reviennent dans de nombreuses de ses créations et caractérisent ses œuvres. La Japonaise fait aujourd’hui partie des artistes contemporains les plus reconnus, mais son histoire est souvent passée sous silence.

L’illustratrice italo-thaïlandaise Elisa Macellari lui consacre une biographie des plus belles. Tout d’abord grâce à une esthétique sublime qui met en valeur l’univers graphique de Yayoi Kusama. Mais surtout au travers d’un portrait dressé sans jugement qui tente de comprendre les tourments qui ont pourtant fait son génie. Depuis son plus jeune âge, l’artiste souffre en effet d’hallucination et d’un mal-être psychique persistant. Les dessins expressifs d’Elisa Macellari nous permettent d’entrer dans ce monde, ces phases sombres qui sont au cœur de son art, et retranscrivent comment sa créativité lui a permis de faire preuve d’une courageuse résilience.

« Obsessions, amours et art »

Elisa Macellari présente un ouvrage chronologique s’appuyant sur les trois clés de compréhension de la vie de Yayoi Kusama. Son enfance est marquée par une éducation conservatrice où l’art n’a pas sa place et où elle peine à comprendre les troubles de son esprit. Incomprise et soumise aux tabous d’une culture patriarcale, elle se libèrera progressivement des carcans de la société japonaise grâce à son audace.

Elle s’affirme par des créations imposantes et dérangeantes qui traduisent ses obsessions, la plaçant sur le devant de la libération sexuelle des années 60 et 70 aux États-Unis. Sa consécration internationale, à la hauteur de son talent, est toutefois tardive et ne guérit pas ses maux. Elle vit, par choix, dans un hôpital psychiatrique au Japon où elle continue de créer. 

 

Kusama : Obsessions, amours et art, Elisa Macellari, éditions du Chêne. 128 pages. 19,90€. 

Visuel : © Couverture par Elisa Macellari

Les European Film Awards dévoilent leurs nominations
Julien Doré « Aimée » : Un album pop lumineux au teint écolo
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *