BD
Pablo tome 1: Max Jacob par Julie Birmant et Clément Oubrerie

Pablo tome 1: Max Jacob par Julie Birmant et Clément Oubrerie

23 mars 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Scénario de Julie Birmant et dessins de Clément Oubrerie

Cette bande dessinée nous replonge dans le Paris du début du XXème siècle, elle nous raconte l’arrivée dans la capitale française de Pablo Picasso et de son ami Carlos Casagemas et sa vie à Paris jusqu’à son installation au Bateau Lavoir en 1904 où il rencontre Fernande Olivier.

Après Drôles de femmes, Julie Birmant poursuit son élan dans le scénario de bande dessinée par cette plongée surprenante et jubilatoire dans la vie de Picasso. Elle est accompagnée dans cette aventure de Clément Oubrerie déjà connu pour son Zazie dans le métro et sa série Aya de Yopougon dont le tome 3 a reçu le prix BD du Point en 2007.

La narration adopte un double point de vue, nous assistons au déroulement de la vie de Picasso en parallèle avec celle de son premier grand amour: Fernande Olivier. L’histoire est certes romancée mais elle a le mérite d’être très détaillée tant d’un point de vue visuel que d’un point de vue narratif. Elle retrace d’une part les aventures d’un jeune artiste de dix-neuf ans alors encore méconnu qui vient à Paris pour croquer la vie à pleines dents et, d’autre part, celle d’une jeune fille brimée, sensible et belle qui va se trouver en tant que modèle.

Vu que Picasso a vécu quatre-vingt douze ans et que le tome 1  de cette bande dessinée ne couvre que les cinq premières années de sa réelle carrière artistique, bien qu’il ait déjà peint quelques œuvres avant en Espagne, il aurait été sans doute trop complexe pour les auteurs de couvrir toute la vie de l’artiste qui donna naissance au cubisme. Leur parti pris est donc de réaliser une bande dessinée sur trois à quatre tomes qui traitera exclusivement de la période que le peintre a vécu à Montmartre jusqu’en 1912. Il est déjà ambitieux de la part des auteurs de s’être attaqués à un tel sujet. Le milieu bohème et artistique qui gravite à Montmartre en ce début de siècle est très bien raconté, cette quête de gloire, d’amour, d’inspiration qui met les artistes dans un climat d’ébullition permanente. Les images aux couleurs douces, les traits fins, pas esquissés jusqu’aux moindres détails, mais suffisamment pour créer une ambiance, nous plongent dans une atmosphère enfiévrée de création, d’émulation. Nous découvrons également le quotidien de Max Jacob chez qui Picasso va vivre un temps et la relation débutante entre le peintre et le poète. La vie de Fernande telle qu’elle est racontée nous touche tout particulièrement par le climat de malheur qui s’en dégage, nous attendons avec impatience la suite de cette bande dessinée pour savoir si sa relation avec Picasso va lui apporter le bonheur et l’épanouissement en tant que femme.

Une œuvre surprenante et prenante qui se lit aisément et nous met en attente impatiente du tome 2: Guillaume Apollinaire dont la sortie est annoncée en novembre 2012.

[Live-Report] : Boy en concert privé au Silencio (22/03/2012)
Programmation 2012 du Rock Dans Tous Ses Etats
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *