BD

« Le vieil homme et les narcos » : l’histoire sanglante inspirée de faits réels

« Le vieil homme et les narcos » : l’histoire sanglante inspirée de faits réels

12 février 2019 | PAR Emilie Zana

L’histoire singulière de Don Alejo, un vieux fermier mexicain qui, seul, a défendu son ranch contre les narcos au prix de sa vie, nous est racontée dans cette BD par Ricardo Vilbor et Max Vento.

Un groupe de narcotrafiquants faisant partie du gang des Zetas débarquent dans un coin reculé du Mexique et menace Don Alejo de leur céder son ranch sous 24h, ou bien c’est la mort. La piste de décollage de sa propriété semble être le parfait moyen pour faire fleurir leur trafic de cocaïne en toute impunité. Don Alejo, alors âgé de 77 ans, prend alors la décision de ne pas céder, et va défendre seul son ranch contre les narcotrafiquants, mais surtout en signe de protestation contre la corruption généralisée de la société mexicaine et contre l’impuissance de la justice et du gouvernement.

L’histoire est inspirée de faits réels. Le 13 novembre 2010, le vieil homme Don Alejo Garza Tamez est abattu par le gang des Zetas en défendant sa propriété. Les meurtriers n’ont jamais été arrêtés. Considéré comme un héros par le peuple mexicain, l’histoire a beaucoup été relayée par la presse et sur les réseaux, ce que retrace rapidement la BD. 

Portrait cru d’une société gangrenée, et d’actualité, ce roman graphique rend hommage au courage de cet homme qui a choisi de mourir « en homme libre et digne ». On peut cependant regretter les coloris un peu fades qui n’arrivent pas à la hauteur de cette histoire cinglante. On est toutefois vite pris dans le récit grâce au découpage de la BD aux allures d’un film, accentué par l’utilisation de flashbacks et de répliques incisives.

Par les auteurs espagnols Ricardo Vilbor (scénario) et Max Vento (dessin), Le vieil homme et les Narcos, BD parue le 7 février 2019 aux éditions Nouveau Monde. 

Visuel : couverture et page de la BD

Retour sur le concert des Révélations Classiques de l’ADAMI aux Bouffes du Nord
Une Gioconda flamboyante et sans concession à la Monnaie de Bruxelles
Emilie Zana

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *