BD
« Le serment des lampions », une aventure sous les étoiles

« Le serment des lampions », une aventure sous les étoiles

24 juin 2020 | PAR Laetitia Larralde

Ryan Andrews nous entraîne dans un monde dont on a tous espéré l’existence, entre magie, aventure et grands rêves. Plongez dans un roman graphique éblouissant.

Chaque année, la nuit de l’équinoxe d’automne, les habitants du village jettent des lampions dans la rivière, et chaque année, Ben et ses amis suivent les lumières à vélo pour savoir où elles vont. Mais cette fois-ci, ils font le pacte de ne pas s’arrêter avant de découvrir leur mystérieuse destination. Alors que les autres abandonnent rapidement, Ben et Nathaniel poursuivent l’aventure et vont être embarqués bien plus loin qu’ils ne le pensaient.

Avec la rivière comme fil conducteur de l’épopée des deux garçons, l’histoire oscille entre le conte et le récit initiatique. On se laisse entraîner à la suite des adolescents, sur une route qui prend petit à petit l’allure des histoires de notre enfance. On croise un ours pêcheur, une sorcière pharmacienne et son chien géant qui marche sur l’eau, un peuple magique illuminé… toute une galerie de personnages qui enchantent l’histoire.

Le traitement de ces personnages, principaux ou secondaires, est très fin. Les caractères sont nuancés, chacun a ses bons et ses mauvais côtés. L’auteur peint le portrait de ses héros par touches subtiles et l’on s’attache à leurs failles et leurs faiblesses dont ils essayent de s’accommoder au mieux. On aperçoit même en second plan une vie surnaturelle parallèle, esprits que personne ne voit mais qui animent les profondeurs de la page.

L’histoire semble tissée d’un mélange de références culturelles. Il y a du Spielberg dans ces enfants à vélo, du folklore japonais avec les lampions-poissons et les formes de yokais et des traces de contes de Grimm ou Andersen. Le tout se marie sous le ciel étoilé qui englobe le récit pour former un univers unique.

Le dessin de Ryan Andrews au crayon se pare de nuances de bleu, gris ou rose pour des ambiances oniriques. Le rythme alterne entre courses cheveux au vent et pauses méditatives, et l’histoire avance, sans jamais regarder en arrière. On traverse des forêts embrumées, grimpe des falaises sans fin, explore des grottes étoilées et croise un village flottant, et au final on souhaiterait explorer encore plus loin ce monde extraordinaire. Ryan Andrews semble partir ici de situations réelles et leur insuffle un petit quelque chose qui les rend particulières, plus grandes que le simple monde connu.

Entre poésie, bonheur des aventures insouciantes de l’enfance et magie, Le serment des lampions est un petit bijou pour petits et grands.

Le serment des lampions, de Ryan Andrews
Éditions Delcourt, 336 pages, 24,95€

Visuels : ©Editions Delcourt

« Monsieur X » de Mathilda MAY : les gouaches de la vie…
« Tenir paroles » : le Théâtre de la Ville sublime le confinement
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *