BD
« La patrouille des invisibles » : héros anonymes

« La patrouille des invisibles » : héros anonymes

25 décembre 2014 | PAR Sandra Bernard

En cette année de commémoration du centenaire du début de la Grande Guerre, le sujet, par sa violence, ses drames, son aspect incroyable et sa tristesse infinie ne pouvait que passionner nombre d’auteurs. C’est avec talent et pudeur qu’ Olivier Supiot nous livre dans la Patrouille des invisibles sa vision apocalyptique de cette période de pure folie humaine.

[rating=5]

patrouille des invisibles

Hubert Lessac, un jeune aviateur plusieurs fois distingué pour actes de bravoure, s’élance dans les cieux, mais ces trop longues années de conflit, la perte de ses amis et maintenant une lettre tragique, lui ont ôté toute volonté. Il appelle la mort de ses vœux, mais c’est un appareil ennemi qui vient à sa rencontre. La valse mortelle débute et le jeune homme est défait. Seulement la faucheuse ne veut pas de lui et il est secouru par une patrouille française. Ce petit détachement était en route pour rejoindre le reste du bataillon. Ses sauveurs lui racontent leur histoire et veillent sur lui dans ce chaos. Trouvera-t-il le Salut au bout du chemin ou bien la mort comme de trop nombreux civils et militaires.

Un récit dense à la première personne qui immerge le lecteur, l’enveloppant dans un voile de boue, d’oppression et de tristesse. Tout peut basculer d’une case à l’autre.

Un récit minimaliste et intimiste qui met en exergue la folie et la désolation avec le fol espoir de trouver la paix et le salut,  quels qu’ils soient au bout du chemin.

Colorés et inhabituels, les graphismes ne laissent pas indifférents, et certaines cases tout comme la couverture font forte impression. On retrouve tout le talent d’Olivier Supiot, déjà distingué par le titre de « Meilleur dessinateur » à Angoulême pour Le Dérisoire.

Informations pratiques :

Olivier SupiotLa Patrouille des Invisibles, éditions Glénat BD, Genres: Histoire/Roman graphique, Collection: 1000 Feuilles, Format : 215 x 293 mm, 108 pages, Prix: 24.90 €

Visuel : couverture de l’ouvrage

Christophe Maé, le livre officiel : »Je trace ma route »
[La recette de Claude] Pain de Noël aux fruits secs
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *