BD

« La fille de Vercingetorix », figure féminine et rebelle pour le nouvel album d’Asterix

« La fille de Vercingetorix », figure féminine et rebelle pour le nouvel album d’Asterix

22 novembre 2019 | PAR Yaël Hirsch

Pour la 38e album de la collection et pour la quatrième fois, le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Didier Conrad prennent la suite de René Goscinny et Albert Uderzo pour faire vivre le village des irréductibles gaulois. Un album qui met une adolescente bouillonnante en son centre: « Quel tempérament! »

Après une échappée en Italie dans l’album précédent, Astérix et la Transitalique, l’incessante lutte contre les romains fait vibrer le village le plus célèbre d’Armorique. Adrénaline, la fille de Vercingertorix s’est essayée à la vie à Lutèce et en est revenue hyper-branchée. Néanmoins, déjà dans la difficulté de la perte de son père, elle est traquée par les Romains… Elle se retrouve donc dans le village de Assurancetourix, Asterix et Obelix pour une protection aussi solide qu’un menhir…

Allure gracile, longue chevelure rousse et habits noirs gothiques, Adrénaline a quelque chose de la rebelle de Disney, la brusquerie du parler encore outrée et un superbe collier, une torque, en plus. Cette torque, tout le monde essaie de lui voler, notamment les romains qui la chassent. Son arrivée dans le village des gaulois et notamment son passage au marché, donnent enfin un coup de vieux à la génération originelle pour mettre l’accent sur les jeunes du village. Excellente idée de savoir ce qui a été transmis sur l’idée de résistance…

Et malheureusement, cela s’arrête là. On aimerait mieux les connaître ces jeunes et que l’intrigue rebondissent avec plus d’a propos politique. Si bien qu’au delà du bonheur de retrouver Asterix dans un album qui met en valeur une figure de femme plus moderne que Falbala, l’on se prend à regretter la divine et caractérielle Cléopâtre et son album aux rebondissements aussi délectables que mythiques. Agréable, La fille de Vercingetorix manque à la fois de peps et de propos pour nous emmener loin dans l’histoire, l’enfance et les aventures d’Adrénaline…

Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, La fille de Vercingetorix, Editions Albert René, sortie le 26/10/2019.
visuel : couverture du livre.

Le Phénomène Black Lips
Sabine Happard à la Maison de la Poésie: Ronsard et pop, un mariage qui peine à convaincre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *