BD

Hedy Lamarr, entre science et cinéma

Hedy Lamarr, entre science et cinéma

15 janvier 2019 | PAR Laetitia Larralde

Jusqu’à la fin de sa vie, Hedy Lamarr ne représenta pour la plupart des gens qu’une belle actrice de cinéma des années 1930-40, alors que très tôt son travail avait posé les bases pour nos systèmes de télécommunications actuels.

La plus belle femme du monde est un récit biographique retraçant les grandes étapes de la vie d’Hedwig Kiesler, de son Autriche natale à la Floride de ses derniers jours, en passant par le glamour d’Hollywood, le tout sur fond de grands évènements historiques. Elle mena une double vie pleine de retournements de situations, actrice hollywoodienne en public et inventrice scientifique en privé. Ce n’est que peu avant sa mort que son travail de recherche fut reconnu et supplanta presque sa carrière d’actrice. Cette femme dont la vie aurait dû être destiné au romanesque a au final fréquemment flirté avec le tragique, obligée de confiner une partie importante de son existence au secret.

Le scénariste William Roy, accompagné du dessinateur Sylvain Dorange, s’est donné pour mission de réhabiliter ce personnage mal connu, tombé un temps dans l’oubli, et surtout spoliée d’une partie considérable de sa vie par la société. Car celle qui aurait pu être une icône féministe ne fut longtemps considérée que pour une filmographie pas toujours très convaincante, malgré les efforts de Louis B. Mayer pour faire d’elle la nouvelle Greta Garbo. Première femme filmée nue et jouant l’orgasme sur grand écran, inventrice géniale et autodidacte, indépendante, ne se laissant pas enfermer par un mari, c’est pourtant uniquement son physique certes éblouissant que l’Histoire a choisi de retenir. Le monde refusait qu’elle puisse avoir à la fois la beauté et un cerveau, et préférait la voir comme une belle idiote, collant au « soit belle et tais toi » très en vogue alors, toujours persistant aujourd’hui. Elle continua à inventer, seule ou en compagnie du pianiste George Antheil, et finit par se conformer à tel point à cette image de beauté fatale qu’on lui imposa qu’elle termina sa vie presque recluse, défigurée par la chirurgie esthétique.

Amputée d’une partie de sa personnalité par un monde réticent à la nuance et aux paradoxes, elle symbolise toutes ces femmes spoliées de leur œuvre, qu’elle soit scientifique, artistique, ou encore littéraire, celles restées dans l’ombre de leurs compagnons, quand ceux-ci ne s’appropriaient pas leur travail, avec pour seule justification qu’une femme ne pouvait pas avoir du génie. Malgré un esprit rebelle, ce ne fut pas un combat qu’Hedy Lamar voulut porter et sa vie s’en trouva fortement marquée.

Porté par un graphisme à l’allure rétro des années 50, le récit se lit agréablement malgré une note douce-amère qui flotte autour de cette vie teintée de frustration. Le dessin traité par aplats de couleurs soulignés de quelques traits noirs est expressif et évite l’écueil du réalisme purement descriptif. Les deux auteurs font ressortir l’aspect très cinématographique de leur histoire, tant dans le potentiel à la transposer sur grand écran que dans le rapport constant à l’image de leur personnage. La plus belle femme du monde ramène du romanesque dans la vie d’Hedy Lamar en soulignant les épisodes les plus remarquables et les diverses facettes de sa personnalité. De quoi donner envie d’explorer plus loin cette femme complexe en équilibre entre deux mondes.

La plus belle femme du monde – the incredible life of Hedy Lamarr
William Roy & Sylvain Dorange
La Boîte à Bulles

Visuel © la Boîte à Bulles

Phia Ménard : « La domination n’est pas un mode de gouvernance » [Interview]
2ème démarque ; l’occasion de faire des occasions
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *