BD

Exposition Barracuda 2 Galerie Napoléon

19 novembre 2011 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

 

 

La Galerie Napoléon présente habituellement des rétrospectives liées à de grands auteurs ou séries de la bande dessinée qui ne collent pas forcement à l’actualité. Cette nouvelle exposition fait l’exception puisqu’elle présente des planches de la toute dernière bande dessinée de Jean Dufaux et Jérémy : Barracuda tome 2 : Cicatrices sortie le 28 octobre 2011 chez Dargaud.

Pour mieux nous mettre dans l’ambiance, la musique de Pirates des Caraïbes retentit dès que nous franchissons le seuil de la galerie, il faut aller chercher cette dernière dans la rue paisible où elle est réfugiée mais le lieu est plein de charme avec un escalier qui fait penser à celui d’un bateau justement. Vous pourrez y découvrir des planches originales et des illustrations du tome 2 des créateurs de cette série, qui ne devrait pas tarder à compter d’autres tomes. Contrairement à ce que l’on pourrait penser avant de l’avoir lue, il ne s’agit pas du tout d’une fiction qui surfe sur le succès de Pirates des Caraïbes mais d’un scénario qui revendique clairement sa singularité. Contrairement à la plupart des histoires de pirates, l’essentiel de l’action ne se passe pas en mer mais sur terre et sur les trois personnages principaux, seul l’un d’eux est un pirate et, à l’issue du tome 1, on ne sait d’ailleurs pas clairement pourquoi il est devenu pirate. Barracuda (du nom du navire pirate qui est au cœur de cette série, nom qui veut dire aussi poisson carnivore ce qui correspond très bien aux pirates de cette BD) est composé d’un superbe dessin de Jérémy fin et détaillé, qui va au fond des choses, exposant le lecteur à la noirceur des personnages, à leur violence, à l’érotisme mais surtout au mystère qui plane en permanence sur les personnages ainsi que le veut le scénario de Jean Dufaux : les origines des héros sont floues, leurs désirs sexuels aussi. Par contre, nous retrouvons le sel classique des histoires de pirates à savoir la convoitise. C’est bien connu, les pirates cherchent à s’enrichir et à vivre leur vie paisiblement avec leur butin ensuite car parcourir les mers en hissant le pavillon noir, c’est s’exposer tôt ou tard à être coulés ou pendus. Ici donc, c’est un diamant maudit qui est convoité et, vu la complexité de l’intrigue, qui ne peut être aisément résumée, il faut absolument lire, c’est passionnant, il est douteux que qui que ce soit mette la main sur ce fameux diamant avant au moins cinq tomes. Complots, intrigues, passions sous le soleil brûlant des Caraïbes, femmes sensuelles et hommes avides, injustices sociales, tous les ingrédients sont là pour nous accrocher et cela vaut vraiment le coup de voir les planches originales qui sont splendides. L’audace dans la parution du tome 1 de cette BD a d’ailleurs été de la suggérer d’emblée comme culte en la faisant débuter par un carnet de dessins et de croquis des plus réussis, une audace qui paie, il y a effectivement dans cette série tout de la bande dessinée culte.

Le scénariste belge Jean Dufaux qui avait débuté au journal de Tintin et est connu pour ses nombreuses collaborations avec Renaud : pour la série Brelan de dame, Les enfants de la salamandre et Jessica Blandy en particulier, s’est spécialisé dans la création de personnages d’une grande contenance psychologique, des héros à surprise sur lesquels il distille progressivement des informations aux lecteurs. Tiens donc, c’est exactement comme cela que cela fonctionne dans Barracuda, on ne change pas une recette qui marche. Quand à Jérémy (Petiqueux de son nom de famille) mais il est assez connu de ses fans pour utiliser son seul prénom comme marque de fabrique, il a démarré dans la bande à Dufaux en travaillant sur Murena. Avec un tel scénariste comme mentor et de telles aptitudes un crayon à la main, il ne pouvait qu’entrer très vite dans la cour des grands. Une bande dessinée dont nous attendons déjà le tome 3 avec une impatience bouillonnante.

Twilight Révélation, sea, sex and blood
L’Homme par l’Homme, par Nietzsche, par Dusapin
Sandrine et Igor Weislinger

One thought on “Exposition Barracuda 2 Galerie Napoléon”

Commentaire(s)

  • Angèle Pacary

    Bonjour,

    attachée de presse pour les éditions Dargaud, je souhaiterai pouvoir vous envoyer nos programmes et invitations.
    J’ai pu récupérer les adresses mails de la rédaction mais pas de contact BD à proprement parlé.
    Pourriez vous m’envoyer les coordonnées complètes de la personne à qui je dois envoyer les infos?
    un grand merci à l’avance.

    Angèle Pacary

    novembre 21, 2011 at 10 h 49 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *