BD

« Déesse », l’orgasme originel

« Déesse », l’orgasme originel

30 septembre 2019 | PAR Laetitia Larralde

Avec ce nouvel opus de la collection BD-Cul des Requins Marteaux, Aude Picault titille la mythologie et signe un album qui nous fait dire : Encore !

« Enfin, dieu créa l’humanité. A son image, mâle et femelle, il la créa. ». Adam et Lilith, le premier couple du Paradis, vit paisiblement, le sexe étant leur activité principale. Mais Adam cherche à soumettre Lilith à sa volonté, tandis qu’elle tient à rester son égale, tels qu’ils ont été créés. Lilith quitte donc le Paradis, maudite et libre, tandis que Dieu crée Eve à partir d’Adam.

Aude Picault nous propose avec Déesse une relecture féministe et grivoise du mythe fondateur d’Adam et Eve. Elle le relie aux nombreux autres mythes qui racontent la déchéance de la femme puissante et savante, reléguée au rang de démone pour avoir voulu être l’égale de l’homme. L’autrice cite en particulier la déesse mésopotamienne Ishtar, ce qui inspire son dessin. Le prologue de l’histoire reprend des motifs de fresques peintes ou sculptées, jusqu’à donner à ses personnages des traits mésopotamiens.

En effet, Adam, Lilith et les anges ne sont pas représentés selon les canons classiques européens, blonds avec une feuille de vigne. On retrouve les sculptures du Louvre dans leurs visages, les cheveux noirs bouclés, le mono-sourcil épais, les yeux bordés de noir, le nez aquilin et la barbe drue des hommes. Seule Eve, personnage à la naïveté et à la crédulité qui lui font accepter la domination d’Adam, est blonde aux yeux clairs.

Dans cet album, les femmes ont une approche franche et directe du sexe, contrairement aux hommes, plus hypocrites. Lilith est un personnage fort, qui assume son désir et sa sexualité aux côtés de Satan, l’ange déchu. Eve, quant à elle, a une approche simple et naturelle du sexe, mais est soumise à une série de règles inventées par Adam. Guidé par sa peur et son besoin de contrôle, il va rendre le sexe sale et honteux, ce qui amènera au puritanisme et à la chasse aux contrevenants de toutes sortes.

Pour soutenir son propos, Aude Picault dessine le sexe sans fioritures. De son trait élégant et plein d’humour, elle représente simplement les ébats de ses personnages et invite à embrasser sa jouissance sans honte. Relevé par une couleur abricot, les cases nous racontent comment l’homme a soumis la femme en la privant de la seule et unique chose qu’elle avait au Paradis : son orgasme.

Aujourd’hui Lilith la démone est devenue une icône féministe, femme forte maîtresse de son destin, de son corps et de sa jouissance. Une figure féminine bien plus inspirante que cette pâle icône vierge, muette et immobile que le clergé a bien voulu nous laisser.
Déesse est une bande dessinée loin des clichés de l’érotisme habituels, qui fait passer en douceur son message d’égalité et du droit de tous au plaisir. Une lecture (ré)jouissante.

 

Déesse, d’Aude Picault
Les Requins Marteaux, Collection BD-Cul

Visuels © Les Requins Marteaux

L’agenda culturel de la semaine du 30 septembre 2019
L’agenda classique et lyrique de la semaine du 30 septembre
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *