BD
Boule et Bill tome 34 – Un amour de cocker

Boule et Bill tome 34 – Un amour de cocker

14 février 2013 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Scénario de Pierre Veys, Cric et Diego Aranega

Dessin de Laurent Verron d’après Jean Roba

Le 27 février 2013, 1h30 de pure jubilation arrive sur les écrans français: Boule et Bill sort enfin en film avec Franck Dubosc et Marina Foïs. Rien d’étonnant donc à ce que ce nouveau tome de la bande dessinée soit placé sous le signe du voyage et du cinéma. Boule se lance comme  vidéaste. Ses amis, ses animaux et lui-même s’en donnent à cœur joie pour inventer les scénarios les plus saugrenus et le pauvre père s’en retrouve la victime.

Laurent Verron est un dessinateur autodidacte qui assiste à différentes reprises Jean Roba dans son travail. C’est à la demande de celui-ci même qu’il va lui succéder dans son œuvre dont il se montre plus que digne. Après avoir aidé Jean Roba sur les dernières planches des Quatre Saisons, celui qui a fait ses premières armes dans le journal de Spirou était mûr pour se lancer dans l’aventure Boule et Bill. Il s’y consacre sans oublier pour autant ses projets personnels: sa série Fugitifs sur Terra.

Les gags en planches séparées de cet album sont la création de trois écrivains différents: Cric, Pierre Veys et Diego Aranega qui après des parcours artistiques différents ont tous trois rejoints le monde enchanté de la bande dessinée. En regardant bien ce qui est écrit en tout petit en bas de chaque page, vous verrez qui est l’auteur de chaque planche. Les trois styles se mêlent super bien.

Faire un bon Boule et Bill, cela prend du temps. La preuve: près de deux ans se sont écoulés entre la sortie du tome 33 et celui du 34ème. Mais le résultat est à la hauteur de nos attentes: drôle, conforme à l’univers de la bande dessinée et en même temps innovant particulièrement dans le personnage de Boule qui semble acquérir une sorte de maturité, grandir un peu. Notre gag préféré est toutefois celui du cambrioleur signé Veys. Un moment de pure détente pour toute la famille.

Asgard tome 2 – Le Serpent Monde
(Live Report) John Cale au Trianon, un retour vers le futur raté
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *