BD

Balade dessinée dans l’histoire de France

Balade dessinée dans l’histoire de France

11 novembre 2017 | PAR Laetitia Larralde

Revisiter 2000 ans d’histoire de France en vingt tomes et en associant vingt auteurs de bande dessinée et vingt historiens : c’est l’ambition de la série l’Histoire dessinée de la France, née de la rencontre entre les Editions la Découverte et la Revue dessinée.

« C’était mieux avant » : l’adage est usé à force d’être utilisé à tort et à travers. Si nous ne remontons souvent que d’une génération ou deux avec nos nostalgies, certains n’hésitent pas à voir beaucoup plus grand et à convoquer les héros historiques nationaux pour soutenir leurs idées. Tout comme un fait divers qui peut changer du tout au tout selon le point de vue du narrateur, l’histoire est orientable selon ce qu’on choisit de raconter ou de taire. Cette collection a la volonté de faire mieux connaitre l’histoire de France en revenant aux faits remis dans un contexte large pour éviter toute instrumentalisation et ainsi mieux comprendre la France et le monde dans lequel nous vivons.

Chaque volume traitera d’une période de l’histoire de France partant de nos ancêtres les gaulois pour arriver jusqu’à nos jours. Le duo d’auteurs, dans la lignée des séries de bandes dessinées didactiques, sera différent pour chaque période, présentant ainsi une voix et un graphisme particulier à chaque fois, soulignant que l’histoire n’est pas le fruit d’une unique pensée. Ce travail à la fois créatif et pédagogique veut donner une nouvelle vision de l’histoire de France loin des clichés du roman national, peaufiné au fil des siècles pour satisfaire et justifier les élites dirigeantes. On sort des légendes et de leurs héros et on ajoute aux personnages célèbres le point de vue beaucoup plus large des anonymes, avec leur contexte, leurs habitudes, leurs ressentis, tout en étant à jour des connaissances historiographiques actuelles.

Le tome 1 s’intitule La Balade nationale et tient la place d’un prologue à toute la série, mené par Etienne Davodeau et Sylvain Venayre. Reprenant les codes du tableau national ou du compagnonnage, cinq personnages historiques s’embarquent dans un tour de France en camionnette : Jeanne d’Arc, Molière, Jules Michelet, Marie Curie et le général Dumas. Ils viennent de déterrer le maréchal Pétain de l’île d’Yeu et celui-ci les suivra malgré lui, refusant obstinément de sortir de son cercueil. Afin de répondre à la question des origines de la France, tous vont voyager d’un site historique à l’autre aux quatre coins du pays. De la Bretagne à Gergovie, en passant par Paris, la ligne Maginot ou la grotte de Lascaux, on examine plusieurs possibilités de réponses sur ce qui constitue la France, et où situer son origine. Les personnages évoquent entre autres les frontières entre métropole et colonies, les migrants et les migrations, les apports des autres cultures à la nôtre et le lien fort entre histoire et géographie.
Une deuxième problématique est également traitée : le rôle et l’utilisation de l’histoire. Longtemps l’histoire a été écrite par les rois et leur entourage et le récit qui faisait la part belle au symbolisme servait d’outil politique permettant d’asseoir le pouvoir et justifier les guerres. Il est donc nécessaire de distinguer les faits de la légende et de réinterpréter les textes et toutes les représentations artistiques par rapport à leur contexte de création, à l’époque, à l’auteur et à sa volonté derrière son œuvre. Ce qui pose aussi la question du rôle de l’image, des représentations dans la peinture, la sculpture, l’architecture, qui ont beaucoup servi pour enseigner, ou édifier.
L’historien, qui écrit l’histoire et ces personnages célèbres, bien plus souvent masculins que féminins, joue un rôle déterminant sur la façon dont les évènements sont rapportés. Il faut prendre en compte ses croyances et convictions pour mettre en perspective son travail, car l’objectivité la plus parfaite est très difficilement atteignable. De plus chaque époque a tendance à réécrire les symboles et héros des précédentes pour correspondre à ses goûts et à ses idéaux. Par ce biais on peut étudier l’évolution des hommes, de leurs croyances, leurs connaissances et leurs goûts.
Mais au final, en histoire presque tout s’explique par le temps qui passe.

Si on saute parfois un peu vite d’un lieu à l’autre ou d’une situation à l’autre, les interrogations qui resteraient en suspens sont approfondies dans le carnet pédagogique en fin de volume. On y trouve également une courte biographie des personnages. Le dessin d’Etienne Davodeau, fluide et maîtrisé, tranche radicalement avec le style hyper réaliste des bandes dessinées sur l’histoire de France et offre un graphisme qui laisse respirer les personnages et les paysages, apportant un renouveau bienvenu dans le genre.
Le tome 2, de Nicoby et Jean Louis Brunaux, traitera de la Gaule et des gaulois et sort le 8 novembre. Quatre volumes paraîtront par an, avec des auteurs comme Sophie Guerrive et Etienne Anheim sur la guerre de 100 ans, ou Vincent Sorel et Florian Mazel Sur l’Europe féodale, jusqu’à compléter la collection.

La balade nationale, de Sylvain Venayre et Etienne Davodeau – La Découverte / La Revue dessinée

visuels © La Découverte / La Revue dessinée

[Jour 2] Arras Film Festival : escapade en Colombie et traque d’un serial killer polonais
« La Nuit du Geste » au Théâtre Victor Hugo : de l’apéro au premier métro !
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *