BD
Asgard Tome 1: Pied de fer de Ralph Meyer et Xavier Dorison

Asgard Tome 1: Pied de fer de Ralph Meyer et Xavier Dorison

14 mars 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Dans les terres du Nord, à l’époque viking, un guerrier sans peur et sans autre loi que la sienne, surnommé Pied-de-fer car estropié de naissance, se lance dans une extraordinaire chasse au monstre à travers les fjords dans un drakkar de pêcheurs avec l’aide de ces derniers et de Gozlin, de la Hilde, garde rapprochée du roi.

Xavier Dorison est le scénariste de tous les succès: Le troisième testament dessinée par Alex Alice, la série Sanctuaire et celle Prophet, John Silver puis XIII Mystery avec laquelle il rejoint définitivement la cour des plus grands et même le scénario des Brigades du Tigre coécrit avec Fabien Nury, tout ce qu’il est écrit vaut de l’or. Rien d’étonnant à ce qu’il ait eu envie de se lancer un nouveau défi en écrivant une histoire viking dans la lignée de Thorgal mais d’un style très personnel avec au dessin Ralph Meyer, son coéquipier avec lequel il a déjà ouvert la série XIII Mystery.

Les deux hommes signent une œuvre singulière, dont le canevas du scénario assez simple: l’obsession de la chasse au monstre s’inspire du fameux film Moby Dick de John Huston. Les décors sont spectaculaires, gigantesques, sauvages et splendides pour une histoire intimiste, en huit clos où, au final, seuls trois personnages s’affrontent vraiment: l’homme maudit des dieux, Asgard, l’animal monstrueux, gigantesque murène qui pourrait bien être le fameux serpent monde, réincarnation divine, et Sieglind, le personnage pur de l’histoire, la femme qui aspire à être pêcheuse et à mener une vie paisible avec son jeune frère mais qu’une attaque de la bête va précipiter dans la tourmente. Le combat est ouvert et s’achèvera par un second tome dans le courant de l’année 2013.

Les images sont splendides, très sombres comme l’histoire qu’elle raconte, où la mort rôde à chaque case exactement comme dans les plans des Dents de la mer de Steven Spielberg: autre référence avouée des auteurs. L’histoire tourne en boucle autour des mêmes personnages: l’homme, la femme, le ou les dieux, nous sommes entre mythologie et réalité mais comme les personnages sont pour l’essentiel humains, nous restons très proches d’eux, de leur souffrance, de leur combat qui est une véritable lutte pour la vie: contre la bête, pour se nourrir au quotidien, pêcher malgré le danger, survivre aux moqueries et au mépris des autres parce qu’Asgard est un skraëling autrement dit un homme maudit de naissance du fait de son handicap et que Sieglind est une traëll autrement dit une esclave qui a été affranchie à la mort de ses parents. La murène est elle aussi traitée comme indésirable, ces trois créatures rejetées par les autres sont réunies dans un combat dont nous attendons avec impatience l’issue incertaine. La rapidité de l’action, sa fluidité nous tiennent en haleine et permettront aux lecteurs adolescents comme adultes d’être pris par cette traque haletante dont la victoire sur la bête n’est pas le seul enjeu, la relation Asgard-Sieglind jete aussi un suspense intéressant sur la suite de cette expédition.

Une bande dessinée d’aventure très prenante qui donne envie de se replonger par la même occasion dans Moby Dick.

Le nu selon Degas au musée d’Orsay
Exposition Burton : Les jeunes sont dans la place !
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture