Livres
Angelo Rinaldi et Eric Zemmour, le prix de la Discorde

Angelo Rinaldi et Eric Zemmour, le prix de la Discorde

01 décembre 2011 | PAR Amelie Terranera

L’homme de lettres et académicien Angelo Rinaldi a démissionné de la présidence de l’association Défense de la langue Française pour s’opposer à la remise du Prix Richelieu à Eric Zemmour.

Depuis 1992, l’association Défense de la langue française décerne le Prix Richelieu à un journaliste qui « aura témoigné par la qualité de son propre langage, de son souci de défendre la langue française ». Cette année, l’association a choisi de récompenser Eric Zemmour, journaliste qui collabore au Figaro, à RTL ou encore Paris Première.

Angelo Rinaldi a alors vivement réagi à cette nomination : « Je refuse de présider une association qui récompense et donc légitime la propagande haineuse de M. Eric Zemmour. Je démissionne donc de mes fonctions et quitte totalement l’association. » L’écrivain se désolidarise totalement du jury pour marquer son profond désaccord face à ce choix pourtant majoritairement approuvé.

L’académicien s’en est allé afin de ne pas avoir à remettre un prix au journaliste, qu’il considère comme « quelqu’un qui jette le discrédit et l’opprobre sur des gens qui parlent français ». Il affirme vouloir « marquer le coup », et stopper une radicalisation « dans l’air du temps » du discours réactionnaire.

Angelo Rinaldi insiste sur le fait que « les étrangers stigmatisés par le journaliste viennent majoritairement des pays francophones et illustrent le rayonnement culturel et intellectuel de la langue française dans le monde. »

Rappelons que le journaliste Eric Zemmour a affirmé, en début d’année, que « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes » et avait jugé qu’on avait « le droit de refuser un emploi à des Arabes ou des Noirs ». Pour ces déclarations, il a été condamné à 2 000 euros avec sursis pour provocation à la discrimination raciale.

 

 

 

Milliardaire pour un jour : la dernière comédie de Frank Capra à nouveau en salles le 21 décembre 2011
Eric Besson et son plan France Numérique
Amelie Terranera

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *