Livres
Aline Brunwasser : « L’équipe du Livre à Metz avait envie de réenchanter nos vies »

Aline Brunwasser : « L’équipe du Livre à Metz avait envie de réenchanter nos vies »

17 juin 2021 | PAR Yaël Hirsch

Du 18 au 20 juin, la ville de Metz se métamorphose en immense fête de livres et d’auteurs. Cette année, le thème du Livre à Metz est « Demain est à nous » et les parrains et marraines Florence Aubenas, Mathias Enard, Geoffroy de Pennart et Fabien Toulmé. Aline Brunwasser, Présidente de l’association Le Livre à Metz répond à nos questions.

Pour lire notre live-report du Livre à Metz 2019, c’est ici.

Quel effet cela fait-il de voir Metz s’illuminer de livres et d’animations, enfin ce week-end de juin?

Justement, l’effet d’un feu d’artifice qu’un enfant voit pour la première fois. C’est un recommencement, celui que ressent le convalescent qui retrouve sa vitalité et le goût des choses, ici les livres, les auteurs et surtout la rencontre et le partage. De plus les consignes sanitaires toujours en vigueur nous ont obligé à repenser l’implantation du site du Festival de fond en comble. Plus de grand chapiteau fermé qui accueillait les stands des libraires, les auteurs en dédicace et le public. Mais une multitude de petits chapiteaux blancs (une soixantaine) au toit pointu qui ajoutent une note charmante sur fond de ciel bleu au milieu du vert de l’esplanade. Mais c’est encore un peu irréel. On attend le coup d’envoi vendredi avec une certaine fièvre !

Quand et comment avez-vous choisi pour thème cette année : « Demain est à nous »?

10 jours après la conférence de presse annonçant le festival 2020, nous avons été dans l’obligation d’annuler cette édition dont le thème était « héroïques ». Début avril 2020 nous nous sommes réunis en visioconférence, Claire de Guillebon la responsable de la programmation, les 7 membres du comité d’organisation, nos 2 conseillers littéraires Valentine Goby et Olivier Wéber, et moi-même pour réfléchir à la thématique de l’édition 2021.

On avait tous envie de rêver, de réenchanter nos vies, de voir plus loin. Cheminant de concert dans cette réflexion, nous avons adopté pour traduire ce besoin vital « Demain est à nous », un fil rouge qui permet d’ouvrir grande la porte aux auteurs, romanciers, journalistes, scénaristes BD, illustrateurs etc.… sur les sujets d’actualité les plus prégnants.

Est-ce aussi le moment de faire un point sur la manière dont se porte le monde de l’édition après 1 an et demi de crise sanitaire, ou est-ce plus à une échappée belle que vous conviez vos visiteurs/lecteurs ?

La crise a violemment touché l’édition et les auteurs, en particulier pendant toute cette période du 1er confinement. Heureusement le caractère « essentiel » du livre a fini par être reconnu et les libraires qui avaient pris la situation à bras le corps pour continuer leur activité ont pour la plupart réussi à capter dans la durée l’intérêt du public pour la lecture. De leur côté médiathèques et bibliothèques se sont organisées pour ne pas rompre cette chaîne et le livre a trouvé une place de choix dans une période de disette culturelle. Néanmoins les sorties littéraires ont été compromises, les auteurs privés de visibilité et de lien avec le public. Au Livre à Metz, en dépit de l’annulation du Festival, nous avons tenu à marquer notre solidarité en maintenant toutes les rémunérations des auteurs en intervention, des auteurs jeunesse et des modérateurs telles qu’elles avaient été prévues initialement. Le Festival ne fera pas en tant que tel un point formel sur le monde de l’édition mais sa tenue est déjà à elle seule un témoignage. Il s’attachera à proposer cette échappée belle dont vous parlez grâce aux écrivains et aux artistes qui nous feront aborder, selon leur manière de les raconter, des questions cruciales pour notre futur. C’est, je crois, ce que le public attend avec impatience : retrouver le chemin de la culture, de la littérature, de la rencontre et goûter cette liberté d’être ensemble pour voir, entendre et échanger.

Au programme, il y a plusieurs moments forts de mise en scène, de spectacle vivant notamment en clôture, à partir des textes. Est-ce nouveau ?

Non ce n’est pas nouveau ; Depuis plusieurs années nous aimons clôturer le Festival avec un spectacle rassembleur qui mêle les pratiques artistiques autour du texte. Un spectacle est toujours en rapport avec des textes, et pour cause nous sommes un Festival de littérature et de journalisme.

Les 4 parrains ont des profils très différents : photoreporter, romancier historique raffiné et précis et dessinateurs : comment les choisissez-vous ?

En littérature générale, nous avons décidé depuis quelques années de convier deux parrains qui représentent les deux genres au sens de notre identité éditoriale « littérature & Journalisme » et au sens du genre féminin I masculin, c’est à dire la parité. Deux autres parrains mettent en relief la littérature jeunesse et la BD qui occupent une place de choix dans notre Festival. Nous choisissons les parrains pour leurs qualités d’écriture bien sûr mais aussi pour leur générosité. Le Festival Le Livre à Metz Littérature & Journalisme est un lieu ouvert et gratuit qui vise à brasser les publics les plus divers : grands lecteurs, non lecteurs, curieux, familles, jeunes et moins jeunes. Nous avons à cœur de leur offrir un événement populaire, convivial et festif sans jamais déroger à l’exigence de qualité.

Qu’est-ce qu’une masterclass comme celle de Serge Joncour ?

Une masterclass est une rencontre sur un mode de conférence. Elle est donnée par un écrivain expert de son sujet. Il s’agit d’un partage d’expérience et concernant Serge Joncour de son rapport au temps dans ses romans et de sa pratique d’écrivain. Le modérateur intervient peu sinon pour relancer l’auteur sur tel ou tel aspect.

Pouvez-vous nous parler des prix remis lors du Livre à Metz ?

Le Prix Graoully est un prix de littérature jeunesse. Organisé par LE LIVRE A METZ, il est le fruit d’une collaboration avec la librairie jeunesse le Préau et les Bibliothèques-Médiathèques de Metz. Il est l’occasion de mettre les enfants à l’honneur puisque ce sont eux qui composent exclusivement le jury. Âgés de 7 à 12 ans, les membres du jury ont couronné cette année « Le Portrait du Lapin « d’Emmanuel Tredez et Delphine Jacquot (Didier jeunesse). Ce prix est parrainé par le bailleur social Batigère. Il est doté de 2000 €. Un album et un chèque Lire sont offert à chaque enfant. Puis ils rencontrent les auteurs et se font dédicacer leur album.

Le prix LE LIVRE A METZ Marguerite Puhl Demange distingue une œuvre (roman ou récit) écrite en français et publiée entre le 1e mai de l’année précédente et le 31 janvier de l’année de sa remise. Il consacre un livre qui se situe, grâce aux sujets qu’il aborde, ses situations, ses personnages ou son écriture, dans un territoire où littérature et journalisme peuvent se croiser. Le Prix est attribué à une œuvre littéraire de qualité, écrite par un écrivain et/ou un journaliste et qui raconte à sa manière le monde.

La pré-sélection des livres est opérée par le Comité d’Organisation du festival, les libraires partenaires et les bibliothécaires des Bibliothèques-Médiathèques de Metz. Le Prix est décerné par des jurys de lecteurs mosellans qui se réunissent en janvier dans différentes bibliothèques du réseau départemental de la Moselle

Pendant le festival, le Livre à Metz proposent à ces bibliothèques de recevoir en rencontre les auteurs qui ont été sélectionnés par les lecteurs en janvier. Le prix est parrainé par le Département de la Moselle depuis 2020.

En 2021 les jurys de lecteurs se sont réunis en janvier 2021 dans les bibliothèques de Sarrebourg, Bitche, Créhange et Fameck. Le jury final s’est réuni à Metz en mars 2021 en visio et a décerné le prix à la romancière Olivia Elkaïm pour « Le tailleur de Rélizane  » (Stock).

Le Festival accueille également le prix Marianne, décerné par la Chambre des notaires de la Moselle ainsi que le tout nouveau prix littéraire des Frontières – Léonora Miano, organisé par l’Université de Lorraine et l’Université de la Grande Région.

Cette année, il y a aussi un nouveau prix …

Le Festival accueille également le prix Marianne, décerné par la Chambre des notaires de la Moselle ainsi que le tout nouveau prix littéraire des Frontières – Léonora Miano, organisé par l’Université de Lorraine et l’Université de la Grande Région. Ce prix créé à l’initiative de Carole Bisenius Maître de Conférences Littérature contemporaine à l’Université de Lorraine articule géographie, littérature et communication interculturelle. Initiative universitaire inédite, il voit le jour grâce à deux laboratoires de recherche lorrains, le CREM qui travaille sur les médiations et le LOTERR sur la géographie, avec l’appui de la Maison des Sciences de l’Homme MSH Lorraine, en collaboration avec le Center for Border Studies de l’Université de la Grande Région. En décernant le prix littéraire des frontières–Leonora Miano, l’Université de Lorraine et ses partenaires de la Grande Région récompenseront le meilleur roman de l’année traitant des relations frontalières entre les espaces. Ce prix rend hommage à Léonora Miano, cette grand écrivaine qui consacre son art d’écrire aux exigences de son engagement et de sa pensée tout entière tournée vers l’universalité. Le Livre à Metz souhaite la bienvenue à ce nouveau prix littéraire au sein de son Festival dédié au croisement des écritures et à l’appropriation du réel par la fiction. Quel meilleur écrin que celui du brassage des écritures et des idées, de la rencontre des artistes et de leur public pour accueillir ce nouveau fleuron ?

Les enfants et les familles sont particulièrement bienvenus, quels sont les temps forts pour eux ?

En amont et pendant la manifestation, des actions au long cours sont menées auprès de différents publics scolaires : ateliers d’écriture avec les lycéens et les collégiens, mais aussi des actions auprès de publics éloignés du livre (enfants hospitalisés, jeunes primo-arrivants, élèves de l’Institut National des Jeunes Sourds, etc.). La première journée du Festival (vendredi) est consacrée aux scolaires, lycéens et collégiens, au cours de 2 cérémonies de remise de prix qui récompensent leurs productions. Les élèves ont ensuite la possibilité de découvrit le festival, les autrices et les auteurs.

Durant les 3 jours du festival une programmation très riche concoctée en collaboration avec les bibliothèques-médiathèques de Metz et la librairie le Préau est proposée aux enfants de 0 à 13 ans. Ateliers animations se déroulent sous le chapiteau Jeunesse, sans compter expositions et spectacles comme la lecture musicale « Murdo le Yéti » avec Alex Cousseau, « le Défi de l’adolescence » lecture à trois voix avec Gaël Aymon,Taï-Marc Le Than et Caroline Solé ou encore Contes à voir et à entendre avec deux acteurs entremêlant la langue des signes française (LSF) et la voix. Des spectacles à voir et des émotions à partager en famille.

Le Festival Le Livre à Metz Littérature & Journalisme c’est plus de 70 événements en 3 jours, sans compter la programmation jeunesse.

Retrouver le programme sur le site lelivreametz.com

visuel : affiche 

Yaron Herman ouvre le 16e festival des cultures juives en toute intimité à l’Espace Rachi
Une journée au Festival Traverse!
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture