Livres
21 virages – une nuit sans sommeil avec Fred Poulet

21 virages – une nuit sans sommeil avec Fred Poulet

03 septembre 2021 | PAR Antoine Couder

Spécialisées dans la littérature sur le sport, les éditions en exergue. ouvre sa collection « la nuit d’avant » aux ruminations du cycliste Marco Pantani.

C’est avec une jubilation silencieuse que l’on entre dans ce roman qui annonce d’emblée sa couleur. 21 virages pour 21 chapitres qui nous emmènent dans la nuit précédant la 13me étape du Tour de France 1997 entre Saint-Étienne et l’Alpe d’Huez qui verra la victoire de l’italien Pantani revenu aux affaires après une collision avec un chauffard lors de la course Milan-Turin en 1995.

Trop belle pour soi

Aux manettes de cette nuit sans sommeil, Fred Poulet le chroniqueur sportif se fait poète, envoyant valser les fantasmes entre lamento et variété italienne ; détails bibliographiques et vibration métaphysique ; pensées frustres et photographies réalistes de l’imaginaire pantanien dont il se saisit en ami, quasiment en frère, pour pointer l’ordinaire magnifique d’un héros malgré lui, petit péquenot du XXe siècle finissant qui cherche la vie là où elle lui échappe : non plus dans ces virages dont il est devenu le maître, le grand initiant, mais dans un amour jugé apriori impossible pour « la » femme, toujours trop lointaine, toujours trop belle pour soi.

Entraîneuse

Celle-ci apparaît sous les traits d’une apprentie artiste plasticienne scandinave qui danse dans les boites la nuit pour faire consommer les clients et gagner quelques sous. Entraîneuse dit-on aussi et le mot n’est pas choisi au hasard puisque Pantani sans doute voit dans cette muse la transfiguration de l’acolyte que l’on adosse toujours au champion, en l’occurrence un entraîneur. Un jeu masculin-féminin pas aussi innocent qu’il n’en a l’air, Poulet cherchant ici à mettre en scène le pathétique magnifique des amours broyés par les effets de domination et du pouvoir de l’argent, réalisant au passage un tableau assez pointilliste de l’hétérosexualité ordinaire.

Variété italienne

Tout cela s’exerce avec humour et circonspection, le personnage de Christina prenant de plus en plus d’importance jusqu’à devenir une sorte de sous-texte qui complète en réflexions esthétiques et performatives les déambulations nocturnes du héros qui, à vrai dire, n’y comprend pas grand-chose, mais qu’importe… Quand on aime, on ne pense pas. Ce récit dans le récit verrouille ce qui constitue le cœur de l’histoire, prose lyrique et drôle d’un Rimbaud agrémentée à la sauce de Monsieur tout le monde qui cherche à tremper ses lèvres là où l’amour se fond avec la connaissance de soi. La douceur d’une piadina ou la force d’un couplet de variété italienne ; la cuisine et la chanson, deux arts dans lesquels Fred Poulet excelle et dont on espère que ce premier roman donnera envie d’en goûter les délices. Une invitation à dîner pour les plus chanceux et, pour les autres, la découverte d’une bien trop méconnue discographie.

À noter sur vos agendas : Fred Poulet se prêtera à une séance de dédicace dimanche 5 septembre,  à l’occasion de la cinquième édition de la fête de la petite reine à la Marbrerie de Montreuil (21 rue Alex Lepère).

 

Dans la boîte noire familiale de Tania El Khoury au Maif Social Club
« Boite noire » : le génial thriller de Yann Gozlan encensé par le public d’Angoulême
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionné pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique et de la danse . Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (et de Castor Astral, 2021)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture