Histoire
Une nouvelle hypothèse dans la recherche du tombeau de Nefertiti dévoilée

Une nouvelle hypothèse dans la recherche du tombeau de Nefertiti dévoilée

15 août 2015 | PAR Hakim Akcha

Nicholas Reeves, un célèbre archéologue britannique affirme, lors d’une interview à la BBC, savoir où se trouve le tombeau de l’une des plus grandes figures féminines de l’Antiquité Egyptienne, Néfertiti. 

Alors que de nombreuses hypothèses sur l’endroit où repose la dépouille de la Reine d’Égypte Néfertiti sont avancées par la communauté égyptologique mondiale, le célèbre archéologue britannique, spécialiste de la Vallée des Rois et professeur de la prestigieuse Université d’Arizona, Nicholas Reeves, affirme savoir où se trouve le tombeau de la Reine qui était à la tête de l’Égypte il y a de ça plus de 3300 ans. Pour l’archéologue, la Reine reposerait toujours là où la momie de son (supposé) fils, le Pharaon Toutankhamon avait été retrouvée en 1922, à savoir dans la Vallée des Rois près de Louxor.

En effet, cette hypothèse avait été envisagé dès la découverte du tombeau de Toutankhamon, qui semblait étonnamment petit et étroit pour la sépulture d’un Pharaon. C’est à partir des scans effectués lors d’une visite dans le tombeau de Toutankhamon que certaines fissures interpellent l’archéologue. Selon Nicholas Reeves ces fissures correspondraient parfaitement à des portes rebouchées. Le professeur ajoute que derrière ces portes se trouverait deux pièces dont une qui abriterait la momie de la défunte Reine Néfertiti. Enfin, cette hypothèse semble plausible aux vues de l’opulence exagérée des  deux mille objets retrouvés près du sarcophage de Toutankhamon.

D’autres égyptologues se montrent plus sceptiques par rapport à l’hypothèse de N. Reeves, jugée presque trop simpliste. Pour valider, ou au contraire invalider, l’hypothèse les chercheurs désirent sonder le tombeau de Toutankhamon avec un radar leur permettant de distinguer si d’autres pièces sont cachées dans l’édifice. Une opération nécessitant l’autorisation des autorités égyptiennes, qui restent muettes pour le moment.

Visuel : © Photo de la Vallée des Rois.

© Buste de Néfertiti, calcaire peint, Thoutmôsis, 1345 av. J.C., Neues Museum de Berlin.

Gérard Garouste monumental et intime à la Fondation Maeght
« Boussole » : Mathias Enard aux portes de l’Orientalisme
Hakim Akcha

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *