Cinema
Winter’s Bone : Amérique profonde et absurdités judiciaires

Winter’s Bone : Amérique profonde et absurdités judiciaires

01 mars 2011 | PAR Geraldine Pioud

Même si elle n’a pas eu l’Oscar de la meilleure actrice (qui est revenu cette nuit à Natalie Portman, dans « Black Swan » ), la jeune Jennifer Lawrence ne démérite pas et est bien la force et la révélation de « Winter’s Bone »!

Synopsis : « Ree Dolly a 17 ans. Elle vit seule dans la forêt des Ozarks avec son frère et sa soeur dont elle s’occupe. Quand son père sort de prison et disparaît sans laisser de traces, elle n’a pas d’autre choix que de se lancer à sa recherche sous peine de perdre la maison familiale, utilisée comme caution. Ree va alors se heurter au silence de ceux qui peuplent ces forêts du Missouri. Mais elle n’a qu’une idée en tête : sauver sa famille. À tout prix. »

Avec un scénario presque machiavélique, Winter’s Bone met en parallèle une Amérique profonde, un peu « brut de décoffrage », et un système judiciaire absurde et parfois stupide. Au coeur de ce pays, Ree Dolly (Jennifer Lawrence) va devoir se battre : d’une part contre les voisins qui n’y comprennent pas grand chose, et d’autre part contre la justice qui ne veut pas regarder plus loin que le bout de son nez. Le prix à payer pour sauver sa mère et son frère et sa soeur est élevé, mais Ree fait preuve d’un courage sans limite. Incarnée à l’écran par Jennifer Lawrence, le personnage de Ree prend toute sa consistance au fil des séquences, avec une présence très surprenante pour une jeune fille de son âge.

La réalisatrice Debra Granik offre à son film un certain réalisme, grâce à un travail minutieux sur la lumière et les contrastes. À noter aussi un soin particulier apporté aux arrière-plans, véritable anticipateur d’action. Malgré le sujet, Winter’s Bone n’est pas un film triste : au contraire, il apporte une dose d’espoir dans un monde qu’il n’est pas toujours facile de comprendre.


WINTER’S BONE : BANDE-ANNONCE VOST
envoyé par baryla. – Les dernières bandes annonces en ligne.

Winter’s Bone , de Debra Granik, avec Jennifer Lawrence, John Hawkes, Kevin Breznahan, Dale Dickey
États-Unis, 1h40, Drame / Aventure
En salles le 2 mars 2011

Infos pratiques

Le spectacle sans nom : Le cabaret à 7 artistes et 1 David Smadja
Courbet dévoile son amour de la Nature à la Fondation Mona Bismarck
Geraldine Pioud

One thought on “Winter’s Bone : Amérique profonde et absurdités judiciaires”

Commentaire(s)

  • sonia Ingrachen

    j’ai très très envie de le voir!

    mars 1, 2011 at 11 h 47 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture