Cinema
Week-end royal un film politique léger comme une bulle de champagne

Week-end royal un film politique léger comme une bulle de champagne

22 janvier 2013 | PAR Olivia Leboyer

Tout le monde attend avec impatience Daniel Day Lewis en Lincoln ! Cette année, il y aura aussi Bill Murray en Roosevelt : plus discret, plus modeste, mais tout à fait charming ! Sortie le 27 février 2013.

Le réalisateur de Coup de foudre à Notting Hill s’attaque à présent à la comédie romantique historique. En entremêlant habilement la grande et la petite histoire, il réussit un joli petit film, sans prétention mais assez chic ! Une lointaine cousine de Roosevelt, vieille fille encore séduisante (Laura Linney, que l’on avait notamment adorée dans Les Berkman se séparent), est appelée par la mère du Président : son fils, malade et surmené en cette veille de deuxième guerre mondiale, a besoin d’un peu d’attention et de distraction. Très vite, entre les deux cousins, se noue une belle idylle romantique. La demoiselle tombe naturellement très amoureuse, d’autant que Roosevelt n’est pas avare de déclarations enflammées ! Mais, un week end particulier se prépare : Roosevelt doit recevoir Georges VI et son épouse, au sujet, justement, de la guerre qui se profile.

Entre les grands enjeux et les petites timidités, les petites vexations, Week end royal nous introduit avec malice dans le quotidien des grands hommes : pour décider de s’impliquer dans un conflit, quel apéritif doit-on servir ? Un souverain anglais peut-il se faire photographier avec un hot dog ? Les atermoiements autour de l’étiquette sont délicieusement étirés. Samuel West, qui joue Georges VI, est parfait, plus subtil et touchant que Colin Firth carapaçonné dans son multiprimé Discours d’un roi. Quant à Bill Murray, il campe un Roosevelt diminué, vieillissant, et néanmoins redoutablement attirant. Les femmes ne sont pas en reste : Laura Linney est, comme toujours, merveilleuse ; Olivia Williams incarne une Eleanor Roosevelt pleine de charme et Olivia Colman une reine d’Angleterre adorable de timidité et de doutes.

Au moins, voici un film historique aussi léger qu’une bulle de champagne et aussi savoureux qu’un bon hot dog !

Infos pratiques

La quête de Faust d’Alexandre Sokourov
Foals, phénomène rock
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

2 thoughts on “Week-end royal un film politique léger comme une bulle de champagne”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *