Cinema

Voir la mer, le nouveau film de Patrice Leconte

Voir la mer, le nouveau film de Patrice Leconte

18 avril 2011 | PAR Olivia Leboyer

Après quelques films commerciaux, Patrice Leconte revient à ses premières amours avec un road movie maladroit mais plutôt attachant. Une fille, deux garçons =non pas mille complications, mais une histoire simple. Sortie le 4 mai 2011.

Comme Tandem, Voir la mer est un road movie, avec un vieux mobile home et des haltes dans des pizzerias de fortune. Mais, dans Tandem, Jean Rochefort et Gérard Jugnot avaient bien du mal à accorder leurs deux solitudes et le ton était assez amer, mélancolique. Ici, au contraire, tout est solaire, apaisé (à l’exception du personnage de Max, joué par Gilles Cohen, un déséquilibré obsessionnel qui semble tout droit sorti de Tandem ou de Monsieur Hire). Deux frères (Clément Sibony, l’aîné, et Nicolas Giraud) ont décidé de se rendre à Saint-Jean de Luz en camping car, pour voir leur mère. Une jeune femme orpheline et paumée (Pauline Lefèvre), sortie de nulle part, se joint soudain à eux. Elle n’a jamais vu la mer…

On attendrait une histoire de rivalité entre les deux frères, des cris, mais la jolie surprise du film tient à ce que Patrice Leconte montre une histoire d’amour à trois, heureuse et toute simple. De petits moments de bonheur, inattendus pour ces trois jeunes qui ont connu jusque là plus de galères que de belles choses. On a plaisir à suivre le périple du mobile home, rythmé par les chansons un peu démodées qui passent à la radio et par les baignades ou scènes d’amour, joliment filmées. En revanche, les dialogues, comme toujours chez Patrice Leconte, alourdissent cette promenade hédoniste par une poésie très surlignée. On sait bien que Patrice Leconte n’aime pas spécialement le naturalisme et que l’artificialité est, à ses yeux, une manière de sublimer la réalité. Mais le charme tient à un équilibre fragile, qu’il est très délicat de conserver tout au long d’un film. Par instants, la magie opère et l’on s’attache à ces trois jeunes gens simples et généreux (les échanges de regards, les scènes dans le camping car) ; à d’autres moments, on ne peut s’empêcher de rire devant les envolées poétiques pataudes du réalisateur (certains aphorismes sur la vie, l’amour et le paysage, prononcés avec le plus grand sérieux). Cette année, nous avons préféré le beau Angèle et Tony d’Alix Delaporte, dans le genre histoire d’amour inattendue et maritime.
Mais, dans l’ensemble, cette échappée belle vers la côte basque est rafraîchissante et sympathique. Patrice Leconte sort un ouvrage intitulé J’arrête le cinéma, mais son amour pour la jeunesse et les jolies rencontres semble plus fort.

Voir la mer, de Patrice Leconte, France, 1h31, avec Nicolas Giraud, Clément Sibony, Pauline Lefèvre. Sortie le 4 mai 2011.

Infos pratiques

Bon à tirer (BAT) des frères Farrelly, hilarant !
Kris Van Assche dessine une collection pour Eastpak
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

One thought on “Voir la mer, le nouveau film de Patrice Leconte”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *