Cinema
Visite de la Fondation Jérôme Seydoux – Pathé

Visite de la Fondation Jérôme Seydoux – Pathé

08 septembre 2014 | PAR Yaël Hirsch

Comme nous vous l’annoncions, Mercredi 10 septembre, le 7ème art aura un nouveau port d’attache à Paris. Nichée dans l’ancien théâtre des Gobelins et dessinées par l’architecte italien Renzo Piano, la Fondation Jérôme Seydoux ouvre ses portes aux chercheurs et au grand public, dans le 13ème arrondissement.

Alors que la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé existe depuis 2006, présidée par Sophie et Jérôme Seydoux, son nouveau siège ouvre ses portes sur 5 étages  et 2200 m² dans un bâtiment conçu par Renzo Piano pour les amoureux du cinéma. Lors de la conférence du presse du mercredi 5 septembre, l’architecte a partagé son enthousiasme vibrant pour un nouveau lieu « Avec Jérôme (Seydoux), on a rajouté a paris un petit élément qui rend la vie encore plus intéressante ». Comparant la coque recouverte de 7000 volets protecteurs qu’il a su glisser dans l’espace de l’ancien théâtre des Gobelins à « une arche de Noel », Piano s’est fait le meilleur avocat de la magie du cinéma et du caractère civilisateur de la beauté.

Il est vrai qu’en arrivant en ascenseur directement au 5ème étage, où une demi-douzaine de postes attend les chercheurs qui se penchent sur les trésors des archives pathé, la nef en bois de Piano émerveille et apaise. Une bonne bibliothèque est constituées et l’on descend – toujours sur du bois- vers des bureaux d’administrations très feutrés. Ce n’est qu’en arrivant au 3ème étage que la lumière se tamise et qu’on a l’impression d’entrer aux archives. Riche de 4500 affiches, enseignes, maquettes et dessins, 500 000 photos de plateau, tournage et exploitation, de 350 objets et costumes, ainsi que de 30 000 documents imprimés (catalogues, programmes), la collection de la Fondation Jérôme Seydoux contient la mémoire de 120 de Cinéma Pathé. L’objectif de la Fondation est de conserver ce patrimoine, de permettre aux chercheurs d’y accéder et de sensibiliser le grand public à ses richesses. Pour ce qui est des films mêmes, de leur conservation, de leur restauration ou de leur numérisation, d’autres organismes comme le CNC en ont déjà la charge.

Pour le grand public,au premier étage, la Fondation ouvre ses collections de caméras, des premiers modèles de la fin des années 1890 aux caméras des années 1980, en passant par la fameuse Pathé baby des années 13920 qui a ouvert le 7ème art aux amateurs.

Enfin, le Fondation Jerôme Seydpux, c’est aussi une nouvelle salle de cinéma de 70 places, qui sera dédiée au cinéma muet et permettra aux spectateurs de redécouvrir certains chefs d’œuvres venus des collections Pathé, mais également d’autres catalogues. Elle sera inaugurée le 10 septembre et proposera des cycles de programmation.

Avis aux parents, la Fondation Jérôme Seydoux proposera également des activités pédagogiques sur le cinéma.

visuels : Yaël Hirsch

L’agenda culturel de la semaine du 8 septembre
Résistances : « La femme qui dit non » de Gilles Martin-Chauffier
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *