Cinema
Critique: Twilight 5 Révélation, à déguster comme un bon nanar

Critique: Twilight 5 Révélation, à déguster comme un bon nanar

17 novembre 2012 | PAR Gilles Herail

 [rating=1]

La success story la plus improbable des années 2000 se termine comme elle avait commencé. Avec indifférence. La critique est quasiment inutile car un fait est indéniable. La salle aime Twilight et sa romance forestière bébête. Tentative d’y voir plus clair…

Synopsis officiel/ Après la naissance de sa fille Renesmée, Bella s’adapte peu à peu à sa nouvelle vie de vampire avec le soutien d’Edward. Se sentant menacés par cette naissance d’un nouveau genre, les Volturi déclarent la guerre à la famille Cullen. Pour préparer leur défense, les Cullen vont parcourir le monde pour rassembler les familles de vampires alliées et tenter de repousser les Volturi lors d’un ultime affrontement.

Cet ultime chapitre est assurément très moyen. Avec un twist final à la limite du cynisme tant il est ridicule. Twilight est toujours à deux doigts de la parodie. Avec des effets spéciaux d’un autre âge malgré l’augmentation conséquente du budget. Une musique et une photo digne des téléfilms érotiques d’M6. Une scène de sexe d’une maladresse hilarante. Le tout prête souvent à rire. Mais aussi parfois de manière volontaire. L’une des bonnes surprises du film est ainsi la présence d’une certaine décontraction et de scènes de comédie. Voire de vannes, plutôt moyennes au demeurant mais qui font mouche dans ce contexte si particulier. Car aller voir Twilight en salle le jour de sa sortie, c’est participer à une véritable expérience de spectateur. Quand ce public à fleur de peau vit avec intensité toutes les intentions grossièrement mises en scène.

L’on se dit alors que la critique a tort de dézinguer phénomène populaire. Car le public semble avoir compris et digéré la bétise de l’ensemble. En abandonnant son sens critique, on peut alors se surprendre à apprécier la saga comme elle se doit, c’est à dire comme un bon nanar. 4 millions de spectateurs vont de toute façon se ruer dans les salles dans les deux premières semaines. Cela étant dit, on ne peut s’empêcher de penser que les ados français auraient pu choisir un autre phénomène. LesHunger Games étaient d’une autre qualité mais n’avaient pas séduit le public hexagonal après un triomphe américain. Les suites qui arriveront bientôt en salles pourront on l’espère bénéficier d’un transfert affectif des adorateurs orphelins de Twilight cherchant un nouveau sens à leur vie. Une Jennifer Lawrence en guerrière libérant son peuple du joug des exploiteurs dans un jeu parabole d’une société ségréguée a quand même une autre gueule que les amourettes de Bella et Edward.

Gilles Herail

Twilight 5.2, un film fantastique de Bill Condon avec Kristen Stewart et Robert Pattinson, durée 1h55, sortie le 15 novembre 2012

« Rhymes » : Le petit oiseau de Lou Reed va sortir !
[Live Report] Forum D’Avignon- Etienne de Crecy donne des raisons d’espérer
Gilles Herail

One thought on “Critique: Twilight 5 Révélation, à déguster comme un bon nanar”

Commentaire(s)

  • Mulatier

    Ce dernier Twilight est superbe. A voir! Beaucoup d’actions et d’effets spéciaux, peu de niaiseries, des retournement de situations, très beau travail, je suis pas d’accord avec la critique dédaigneuse, peu constructive et pas du tout objective qui vient d’être faite!

    novembre 17, 2012 at 14 h 16 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *