Cinema
Tsilla Chelton: décès d’une grande actrice, attachante et diabolique Tatie Danielle

Tsilla Chelton: décès d’une grande actrice, attachante et diabolique Tatie Danielle

16 juillet 2012 | PAR Gilles Herail

Tsila Chelton est morte. La nouvelle est tombée cet après-midi. Ce nom ne vous dit peut-être rien mais le visage de cette actrice de théâtre révélée par son rôle inimitable de Tatie Danielle vous est surement familier. Retour sur cette personnalité tout sauf aseptisée qui a su amener une véritable drôlerie au cinéma, à la télévision, et avant tout sur les planches.

Tsilla Chelton reste pour le grand public la fameuse Tatie Danielle. Un de ces personnages politiquement très incorrects comme seul Chatiliez a pu en proposer dans la comédie française. Une « vieille salope » comme la qualifie affectueusement la chanson du générique interprétée par Catherine Ringer, mais pas que. Tatie Danielle c’est ce mélange subtil de méchanceté gratuite, de mesquineries élaborées et de petits détails machiavéliques. Une mamie vengeresse qui soulage la perte de son mari Édouard par une misanthropie poussée à l’extrême. Pour le plus grand plaisir des spectateurs qui retrouvent ainsi l’atmosphère du sketch de Didier Bénureau sur ces personnes âgées à qui l’on permet tout (et qui en profitent). En moins vulgaire. Car Tatie Danielle c’est aussi une âme d’enfant, une malice satisfaite après la réalisation d’une grosse bêtise, et un enthousiasme naïf quand elle laisse baisse sa garde dans une amitié improbable avec la garde-malade incarnée par Isabelle Nanty. Tsilla Chelton avait compris la richesse du personnage, source de comédie noire gourmande et mal élevée mais aussi d’une certaine tendresse quand la vieille carnassière dévoile ses faiblesses avant de pouvoir gouter à la liberté retrouvée.

Tsilla Chelton est aussi le personnage incroyable de mémé Zézette dans le nanar (sympathique) de Gérard Oury, La Soif de l’Or. Un autre rôle cabotin, moins élaboré que Tatie Danielle mais tout aussi hilarant. Celle d’une petite vieille radin jusqu’à la moelle, fraudant le fisc en faisant passer en Suisse une maison construite avec des briques/lingots d’or, en compagnie du tout aussi hystérique Christian Clavier. Tsilla Chelton n’a pas connu beaucoup de premiers rôles au cinéma mais a parsemé sa carrière d’apparitions comiques. Tout en passant par la case télévision pour s’offrir des personnages plus étoffés, comme dans la récente série des Maupassant. Ou encore dans Haute coiffure, sympathique téléfilm avec Michelle Bernier où elle incarnait un autre personnage « bigger than life », mémé loubarde avec un son franc-parler et ses tenues improbables. C’est au théâtre, que l’actrice s’est le plus illustrée. En étant l’une des professeurs respectées des élèves du futur Splendid. Et dans de nombreux rôles, classiques, dramatiques ou comiques, couronnés par trois nominations et une récompense aux Molière pour Le Mal de mère.

On retiendra avec le sourire cette grande actrice de comédie, ses personnages de vieille dame indigne, jouissifs, qui respirent le plaisir du jeu. Et l’on se quitte avec cette image de Tatie Danielle, en grande forme, l’air plus renfrogné que jamais, dégustant son gâteau sans quitter sa moue boudeuse. Elle ne vous connait pas mais elle vous déteste déjà…

Gilles Hérail

Hervé Joubert-Laurencin « monographie » Salò ou les 120 journées de Sodome de Pasolini
Très nombreux chacun seul, Jean Pierre Bodin et Christophe Dejours font de la servitude volontaire un spectacle [Concours]
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *