Cinema

Transformers 2 : la revanche – La critique

24 juin 2009 | PAR Jonathan

transformers-2Plein les yeux ! C’est la première chose que l’on pense dès le début de ce blockbuster. Oui mais pas seulement !

Michael Bay signe là une suite à la hauteur du premier opus : l’action est partout, la réalisation impeccable, les effets très nombreux et saisissants.

Avec 46 modèles de robots filmés avec grandeur et sous tous les angles, notamment lors de leurs métamorphoses, Transformers 2 se déroule deux ans après que le jeune Sam Witwicky (Shia Labeouf) ait sauvé notre terre de la guerre entre les gentils (Autobots) et les mauvais (Decepticons) robots extraterrestres. Depuis, le Secteur 7 a été démantelé pour faire place au NEST, une nouvelle agence secrète et militaire où Marines et Autobots travaillent main dans la main. Bien sur, le grand, beau, rouge et métallique Optimus Prime, dernier descendants des Prime, est de la partie ainsi que Josh Duhamel dans le rôle cliché du Sergent Lennox.

Sam, lui, s’efforce de suivre une vie normale et s’apprête, comme tout américain chanceux, à entrer à la fac. Seulement voilà, alors que pour tout autre étudiant il s’agit de quitter l’ennuyeux domicile familial pour un campus universitaire alcoolisé, c’est sa copine, Mikaela Banes, interprétée par la somptueuse Megan Fox, que notre jeune héros laisse derrière lui. La première apparition de la belle explique très vite sa réticence à ce sujet. De plus, Sam doit également laisser Bumblebee, sa Camaro jaune extraterrestre.
Fort heureusement, pour nous, spectateurs, et pour Sam, amoureux, les Decepticons l’ont mauvaise, et gardent leur précédente défaite en travers de la gorge. La guerre va reprendre de plus belle.

megan_fox

La claque graphique des effets spéciaux ne s’interrompt que rarement et pour d’avantage de plaisir : Megan Fox n’a jamais été aussi belle et son jeu d’actrice est, pour ce premier rôle féminin, très crédible .
Mais là où Transformers 2 frappe fort, c’est là où on ne l’attend pas: son scénario est à la hauteur.

Attention, Spoilers : la suite de cet article révèle des éléments importants du scénario de Transformers 2. A ne pas lire si vous souhaitez découvrir le film par vous même.

Le spectateur en apprend beaucoup plus sur l’origine des Autobots et la guerre avec les Decepticons : les robots puisent leur énergie dans les soleils de galaxies. A l’origine, les Prime, alors au nombre de 7, s’étaient jurés de ne détruire que ceux de galaxies inhabitées. Très vite, l’un d’entre eux, le cupide The Fallen (Le « déchu » – non traduit dans les sous titres) dérogera à cette promesse. Il est le père des Decepticons et au fondement de la guerre.

C’est donc pour une machine à détruire le soleil et sa clé, toutes deux planquées au fin fond de l’Égypte, que la guerre reprend de plus belle. Quels décors : Pyramides, monuments et déserts sous les feux d’armes extraterrestres et humaines. Les Decepticons appuyés par un Megatron fraîchement évadé et un The Fallen revenchard s’attaquent à la moitié de l’armée américaine et jordanienne épaulés par les Autobots démunis d’Optimus décédé en sauvant Sam au début de l’épisode. Ce dernier, accompagné par Mikaela va découvrir la menace et reprendre du service pour déjouer le mal et ressusciter le géant rouge.

transformers_2__shia_labeouf_and_megan_fox

On note tout de même une fausse note : le film voit son fil directeur décousu par un début nécessaire à la compréhension mais indépendant des faits principaux. En fait le scénario est presque trop riche pour être exploité abondamment, même sur 2 heures et demi haletantes. On souhaiterait en savoir plus : quelles sont les opérations réalisées par le NEST ces 2 dernières années ? Comment les robots restent-ils inconnus du public ? Bref, comment fonctionne cette agence ?

Enfin, remarquons l’humour d’avantage présent dans ce second volet avec des mini robots attachants et des parents Witwicky intenables dont les répliques font globalement mouche même si certaines tombent très à plat.

Pour résumer, Transformers 2 est un excellent divertissement dont chacun des 302 millions de dollars dépensés s’explique par une présence esthétique inégalée, avec un casting rafraîchissant et un scénario travaillé qui ravira les fans de la licence mais aussi tout bon amateur de films d’action. Si Bay signe Transformers 3, nous aussi !

Transformers 2, de Michael Bay, en salle le 24 juin

Plus d’infos sur ce film

Trendy Workshop – La mode comme vous l’aimez
Sorties du 24 juin : Beaucoup de prétendants pour une seule élue : la fête du cinéma
Jonathan

3 thoughts on “Transformers 2 : la revanche – La critique”

Commentaire(s)

  • D A R T H

    dites, la rédaction, j’ai un service à vous demander, vous pourriez classer les titres du score dasn l’ordre du film ?

    01 – prime
    02 – einstein’s wrong
    03 – nest
    04 – the shard
    05 – the fallen
    06 – infinite white
    07 – heed our warning
    08 – the fallen’s arrival
    09 – tomb of the primes
    10 – forest battle
    11 – precious cargo
    12 – matrix of leadership
    13 – i claim your sun
    14 – i rise, you fall

    juin 17, 2009 at 17 h 35 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *