Cinema

The Grand Budapest Hotel, la bande-annonce du nouveau Wes Anderson est en ligne

The Grand Budapest Hotel, la bande-annonce du nouveau Wes Anderson est en ligne

18 octobre 2013 | PAR La Rédaction

Impatiemment attendues par de nombreux fans, les premières images du Grand Budapest Hotel sont enfin accessibles. Elles dévoilent un univers délirant dans l’Europe centrale de l’entre-deux guerres. Le scénario loufoque qui se noue dans le palace laisse toute latitude au style inimitable de Wes Anderson.

grand budapest hotel afficheM Gustave (Ralph Fiennes), concierge du Grand Budapest règne sur l’établissement, il prend sous son aile le jeune Zero Mustafa (Tony Revolori) lobby boy en formation. Mais un meurtre vient troubler la paix de l’hôtel… auquel viennent s’ajouter en pagaille, un vol de tableau, l’ombre de la seconde guerre mondiale et une querelle d’héritage !

Wes Anderson reprend ses classiques pour ce premier film en Europe dont il a, seul, écrit le scénario. Il nous régale une fois de plus avec ses ambiances à la fois kitsch et incroyablement modernes.

Tel un nouveau Demy, Anderson se permet des espaces très définis visuellement, des intérieurs rouges du sol au plafond, un hôtel rose comme une maison de poupée, l’extérieur froid et immaculé. Dans ces lieux il donne vie à des personnages extrêmement caractérisés. Ils ont des physiques distinctifs (taille, moustache, cicatrice) et leurs costumes sont des uniformes : celui du concierge bien sûr mais aussi celui de la vieille femme riche, de l’héritier, de l’homme de main sans pitié. Comme dans la comédie italienne chacun a son rôle à jouer, défini par son apparence, ses vêtements.

Systématiquement Wes Anderson exagère, il fait la nique au réalisme et parvient malgré cela à ne jamais perdre en authenticité. Anderson crée un monde, et le monde y croit.
L’humour est présent partout dans cette bande annonce, des répliques pince-sans-rire très britanniques « – Elle avait 84 ans, non ? – Oh, j’ai eu plus vieille. » à une esthétique de Tex Avery : succession de coups de poings, slalom épique en luge. Nous sommes plongés dans le monde de l’enfance où un binôme fort sympathique doit se sortir de toutes les aventures, si possible avec une blague et un sourire. Les gags s’enchainent et si nos héros sont en danger, on a qu’une hâte, que le film sorte en salle pour savoir comment ils parviendront à s’extraire d’un tel pétrin ! Il faudra malheureusement attendre mars prochain…
Comme d’habitude chez Wes Anderson, la distribution est soignée, et on y retrouve ses favoris : Ralph Fiennes, Adrien Brody, Mathieu Amalric, Willem Dafoe, Jeff Goldblum, Jude Law, Harvey Keitel, Bill Murray, Edward Norton, Léa Seydoux, Jason Schwartzman, Tilda Swinton, ou encore Owen Wilson.

D’incroyables interprètes pour donner vie à cette rencontre entre le monde compassé d’un grand hôtel, les petites vies de ceux qui y travaillent et l’aventure avec un grand A, celle qui de tout temps a permis le cinéma depuis Buster Keaton jusqu’à OSS 117, avec humour bien sûr.

Mathilde Fabbro

visuel : affiche du film

Je veux qu’on m’aime d’Alain Chiche et Eric Héliot
La série « Glee » se termine
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *