Cinema

Tess de Roman Polanski, sublime adaptation du roman de Thomas Hardy

Tess de Roman Polanski, sublime adaptation du roman de Thomas Hardy

12 novembre 2012 | PAR Edwige de Montalembert

Le 5 décembre prochain, Pathé nous invite à revoir au cinéma Tess du cinéaste Roman Polanski, sorti en 1978. La copie restaurée impose des qualités visuelles et sonores exceptionnelles pour célébrer ce film sur la beauté d’une héroine tragique, sur le mouvement des saisons qui rythme le récit, la beauté du coeur humain et des passions qui animent les personnages du roman de Thomas Hardy: Tess d’Uberville.

Au XIXe siècle, dans la campagne anglaise du Dorset, une famille de paysans découvre leur appartenance à une lignée de la noblesse: les d’Uberville. Dans l’espoir d’améliorer leur situation misérable, les parents envoient l’aînée des cinq enfants, Tess (Nastassja Kinski), âgée de dix-sept ans, chez une vieille tante d’Uberville. Tess obtient du travail au château mais son prétendu cousin Alec (Leigh Lawson) profite de la situation pour abuser d’elle. La jeune fille donne naissance à un bébé qui meurt peu de temps après. Elle trouve alors du travail dans une ferme voisine et fait la connaissance de son véritable amour Angel Clare (Peter Firth). Le soir de leur mariage, Angel apprend le secret de Tess et prend la fuite ne reconnaissant plus la jeune fille qu’il a aimée. L’errance de Tess continue jusqu’à retrouver les bras d’Alec qui lui offre une fortune considérable avant de croiser une dernière fois Angel…

Quoi de plus merveilleux que cette jeune paysanne jouée par la très belle Nastassja Kinski propulsée dans une vie de château par le plus grand des hasards mais quoi de plus tragique que cette héroine dont le destin se joue sans cesse d’elle pour lui voler ce qu’elle peine à obtenir? Sublime adaptation du roman de l’auteur de Jude the Obscure, le film oscille entre le merveilleux et le tragique pour reconstituer les passions romantiques qui animent les personnages de l’histoire.

Le film obtint à sa sortie trois Césars (Meilleur Film, Meilleur Réalisateur et Meilleure Photographie), un Golden Globe (Meilleur Film Etranger), trois Oscars (Meilleure Photographie, Meilleure Direction Artistique et Meilleurs Costumes). Polanski s’est entouré d’une équipe de choc pour donner corps et âme à Tess; huit mois de tournage au rythme des saisons (beaucoup de scènes d’extérieurs dont les travaux des champs en été et en hiver sous la neige sous des lumières magnifiqes), des comédiens investis dont Nastassja qui a n’a alors que dix-sept mais qui fait un travail d’actrice exceptionnel en apprenant l’accent du Dorset et la musique de Philippe Sarde qui soulève les émotions du film. Tess est le film le plus cher pour le cinéma de l’époque et rendu possible grâce au producteur Claude Berri qui laisse au réalisateur toute liberté.

Tess est un chef d’oeuvre du cinéma.

Tess réalisation de Roman Polanski, scénario de Gérard Brach, 1978. Avec Nastassja Kinski, Peter Firth, Leigh Lawson. Pathé. Sortie en salles le 5 décembre

[Live report] Mai Lan, Yan Wagner et Biolay à la Cigale
Le Maghreb des films à l’Institut du Monde Arabe: un cinéma en pleine mutation à découvrir
Edwige de Montalembert

2 réflexions au sujet de « Tess de Roman Polanski, sublime adaptation du roman de Thomas Hardy »

Commentaire(s)

  • Marc DM

    Très bon article intéressant et agréable a lire!
    Merci

    novembre 12, 2012 at 21 h 03 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *