Cinema
« Sweat » de Magnus von Horn : un regard intensif derrière le masque d’une influenceuse

« Sweat » de Magnus von Horn : un regard intensif derrière le masque d’une influenceuse

15 juin 2022 | PAR La Rédaction

Dans son deuxième long métrage Sweat, lauréat de plusieurs prix, le réalisateur et scénariste suédois Magnus von Horn met en lumière l’envers de la vie de l’influenceuse fitness Sylwia. Le film nous plonge dans les dessous d’une vie qui semble si glamour à ses milliers de followers…

Par Stefanie BOROWSKY

Le blues de l’influenceuse

Sylwia (Magdalena Kolsenik), influenceuse fitness qui a l’air joyeuse et pleine d’énergie, est un modèle pour ses quelque 600 000 followers. Lorsqu’elle donne un atelier de fitness dans un centre commercial, des milliers de fans se joignent et supplient « leur » Sylwia de faire des selfies avec eux. Mais dans la vie privée de Sylwia, beaucoup de choses ne se passent pas comme elle le souhaiterait. Elle vit seule avec son petit chien Jackson dans un ensemble de bâtiments plutôt anonyme et froid. Un jour, elle se décide à parler franchement de sa solitude dans une vidéo. En pleurant, elle raconte à ses followers à quel point elle regrette de ne pas avoir quelqu’un qui prend sa main et lui dit que tout ira bien. Sylwia veut se présenter de manière authentique et honnête en ligne et montrer à ses fans que sa vie n’est pas aussi parfaite que tout le monde semble le croire.

Mais quand sa vidéo devient virale, Sylwia doit s’arranger avec le fait que ses sponsors la critiquent et se détournent d’elle, parce qu’ils ne veulent pas que leur produit soit associé avec une femme qui pleure. En promenant son chien, Sylwia découvre un homme (Tomasz Orpinski) assis dans sa voiture devant le bâtiment où elle habite. Quand elle revient plus tard, l’homme est toujours là et fixe Sylwia du regard. Lorsqu’elle s’approche de la voiture, elle découvre que son harceleur est en train de se masturber. Le lendemain pendant la fête d’anniversaire de sa mère, Sylwia se confie à sa famille et leur explique qu’elle a un stalker et que le monde du fitness n’est en réalité pas rose. Mais sa mère (Aleksandra Konieczna) s’en prend à Sylwia, n’abandonne pas son attitude froide envers sa fille et s’intéresse davantage à son nouveau compagnon Fryderyk (Zbigniew Zamachowski). Sylwia, la star de ses followers, se sent repoussée et absolument seule.

Derrière nos écrans de smartphones …

Dans son deuxième long métrage Sweat, le réalisateur et scénariste suédois Magnus von Horn, né en 1983 et diplômé de la fameuse école de film polonaise de ?ód?, met en lumière l’envers du monde glamour des influenceurs. Avant d’écrire le scénario, il regardait d’innombrables stories des influenceurs en fitness. Il ose regarder derrière le masque d’une influenceuse populaire et reste toujours proche de sa protagoniste, interprétée par la grandiose Magdalena Kolesnik qui a gagné entre autres le prix de la meilleure actrice pour son rôle dans Sweat au festival du film polonais de Gdynia en 2020. Dans son histoire qui se déroule pendant seulement trois jours, Magnus von Horn dénonce le contraste entre la vie publique de Sylwia avec ses milliers de fans, toute la gloire et tout le glamour, et la vie privée difficile de la jeune femme. Au lieu de recréer le cliché d’une influenceuse superficielle, il construit un personnage complexe qui aspire à trouver l’amour et la proximité et à obtenir de la reconnaissance qu’elle ne retrouve pas dans sa famille et surtout pas chez sa mère. Sylwia prend le risque de s’ouvrir devant ses followers qui sont les personnes les plus importantes pour elle, car c’est chez eux où elle arrive à recueillir une sorte d’appui, même si ce n’est pas l’amour sincère dont elle rêve. Souvent, la caméra s’approche du visage de Sylwia et rend ses sentiments, ses doutes et ses difficultés plus clairs et quand Sylwia est perturbée, la caméra portée à la main commence à trembler.

D’un point de vue formel, von Horn reflète la solitude de Sylwia dans son appartement en verre, stérile et froid, dans lequel l’influenceuse a l’air d’être perdue et en observation permanente – comme elle l’est sur les réseaux sociaux. À travers des personnages comme le stalker qui ne respectent pas les limites de Sylwia, von Horn met en relief les dangers de partager trop d’informations personnelles sur Instagram. Lorsque le harceleur apparaît devant sa porte et lui écrit en plus en ligne, Sylwia se sent menacée, mais en même temps, elle semble comprendre l’homme qui surpasse des limites et qui se comporte de manière inappropriée parce qu’il cherche désespérément d’amour et de proximité. Magnus von Horn présente une histoire actuelle, racontée de manière réfléchie et observatrice avec beaucoup de scènes longues. La caméra ne juge pas sa protagoniste, mais invite plutôt les spectateurs à remettre en question leur image des influenceurs pour les percevoir comme des personnes qui doivent aussi surmonter des difficultés, comme tout le monde. Avec une mise en scène puissante, des acteurs convaincants et une protagoniste crédible qui se développe émotionnellement pendant le film, Sweat, qui aurait dû être présenté au festival de Cannes en 2020, est en même temps un plaidoyer pour plus d’humanité et de vérité dans les réseaux sociaux.

Sweat de Magnus von Horn. Pologne, Suède, 2020, 1h46. Sortie française le 15 juin 2022.

visuel : affiche

Nosztalgia Express de Marc Lainé : ceux qui me cherchent prendront le train
L’agenda cinéma du 15 juin
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture