Cinema

Suzy Delair meurt à 102 ans

18 mars 2020 | PAR Yaël Hirsch

La senior des actrices françaises s’est éteinte, ce dimanche 15 mars.  Née après la Première Guerre,  l’égérie de Clouzot et l’inoubliable Germaine Pivot de Rabbi Jacob emmène avec elle sa gouaille et toute une époque. 

On se souvient de sa bouche en cul de poule, son air mutin et sa voix haute perchée nous chantant « Tra la la »,  « Frou Frou » ou « C’est si bon ». Née juste à la fin de la Première Guerre, fille du peuple (mère couturière et père carrossier) parigote jusqu’au bout de ses ongles cerise, Suzy Delair commence apprentie-modiste mais rêve de scène : elle chante, elle apprend Molière… et perce dans le Music-Hall. C’est son compagnon Henri-George Clouzot qui la lance dans le cinéma avec un scénario d’abord, dans le Dernier des Six de Georges Lacombe (1941). Sans jamais cacher ses sympathies pour l’occupant allemand, elle tourne probablement un de ses plus grands films pendant la Guerre : L’Assassin habite au 21 (Clouzot, 1942). Mais aussi dans les années 1940 avec L’Herbier, Dreville et Gremillon. Interdite de trois mois de tournage avec l’épuration, elle tourné un autre chef d’oeuvre avec Clouzot en 1947, Quai des Orfèvres.

A partir des années 1950, sa carrière est en pointillés : elle tourne avec Boyer, Clement et Autant-Lara mais repasse à de plus petits rôles notamment dans les années 1960 chez Visconti (Rocco et ses frères) et Carné (Du mouron pour les petits oiseaux). Tandis qu’à la scène elle chante de l’opérette mise en scène par Jean-Louis Barrault et qu’elle tourne quelques téléfilms à partir des années 1960, son dernier grand rôle à l’écran est de jouer la femme de Louis de Funès dans Rabbi Jacob. Alors qu’on ne l’a plus vue nulle part depuis le milieu des années 1980, Suzy Delair était la doyenne de nos actrices après le décès de Danielle Darrieux. Reprendre le fil de sa vie pour croiser les flashs et les tumultes du 20e siècle est un exercice nostalgique plein d’écho à l’heure actuelle. 

 

visuel : affiche Quai des orfèvres (c) Creative Commons

Clubbing à la maison
Les spectacles de danse à voir en ligne
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *