Cinema

Soderbergh jugé « trop gay » est censuré

Soderbergh jugé « trop gay » est censuré

09 janvier 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Qu’un réalisateur oscarisé et palmé voit la porte des studios d’Hollywood lui être claquée au nez n’est pas si fréquent. C’est ce qui arrive à Steven Soderbergh dont le nouveau film Behind the Candelabra, jugé « trop gay » ne verra pas la couleur d’une salle de cinéma.

Le film raconte la passionnelle relation entre le pianiste Liberace, ici, Michael Douglas,et son éphèbe, Scott Thorson incarné par Matt Damon plus blond que jamais.

C’est dans The Wrap que la Palme d’or de 1989 s’est exprimée. « Personne voulait le faire. On a cherché partout », « On avait besoin de 5 millions de dollars. Personne ne voulait ». Pourtant, Douglas, Damon, l’affiche est belle. Oui, mais il y a mais. Chaque directeur de studio rencontré a fait la même réponse : le film, trop gay,  » On ne sait pas comment le vendre ».

Steven Soderbergh se dit éstomaqué, rappelant au passage que Behind the Candelabra vient après Brokeback mountain, énorme succès pas très straigth. On aurait pu penser que la pudibonderie se place sur le détournement de mineur Liberace ayant 56 ans et Thorson 17 au moment de leur rencontre en 1976.  L’argument ne serait que commercial : trop niché, trop communautaire, le film ne se vendra pas. Verdict en couperet.

Le film sortira donc directement à la Télévision, sur HBO. En attendant,  Side Effects, sortira en février, un thriller mettant en vedette Channing Tatum que le réalisateur déshabillait il y  a quelques mois dans Magic Mike. Le trop sexy n’avait à ce moment là, pas dérangé les producteurs.

Soderbergh pour le moment, fait comme d’habitude, il jure qu’après ça... il arrêtera le cinéma !

Visuel (c) HBO

 

 

Faits d’hiver – une belle programmation pour sa 15ème édition
Export-Import, Gari Greù des Massilia Sound System signe la chanson de Marseille 2013
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *