Cinema
Si Paris l’avait su, un Terence Fisher dans le Paris de l’expo universelle à nouveau en salles

Si Paris l’avait su, un Terence Fisher dans le Paris de l’expo universelle à nouveau en salles

06 novembre 2011 | PAR Yaël Hirsch

Swashbuckler films réstaure et réédite un des premiers chefs-d’œuvre du réalisateur britannique Terence Fisher. « Si Paris l’avait su » (1950) fait évoluer la belle Jean Simmons et le tout jeune Dick Bogarde dans le Paris merveilleux et dangereux de l’exposition universelle de 1889. Au cinéma le 9 novembre.

Vicky (Jean Simmons) et Johnny Barton (David Tomlinson), un frère et une sœur britanniques arrivent à Paris, après un petit tour d’Europe. Vicky découvre, émerveillée les joies de Montmartre et de Paris, tandis-que Johnny se dit assez fatiguée. Au matin de leur première nuit dans l’hôtel chic et parisien de Madame Hervé, Vicky se réveille et son frère a disparu. Non seulement le frère, mais aussi sa chambre, la mystérieuse n° 19. Les tenanciers de l’hôtel jurent que Vicky a débarqué seule à Paris. Et personne ne la croit quand elle dit être arrivée dans la ville lumière accompagnée de son frère : ni le consul anglais, ni le commissaire de police locale. Heureusement la belle Vicky a tapé dans l’œil d’un charmant artiste parisien, George Hathaway (Dirk Bogarde)… Celui-ci a même emprunté de l’argent à son frère pour payer sa calèche. Dans les coulisses du grand remue-ménage que crée l’exposition universelle, le courageux peintre va mener l’enquête pour retrouver la fameuse chambre 19 et ce faisant ce qu’est devenu le frère de sa dame anglaise.

Film historique avec une coloration fantastique, « Si Paris l’avait su » fait revivre avec art et grandeur le Paris de la Belle Époque. Raison et folie, justice et fourberie s’affrontent dans un film qui ménage avec économie ses effets. Un très beau moment de cinéma qui permet de découvrir un Dirk Bogarde d’à peine trente ans, dans l’un de ses premiers grands rôles.

« Si Paris l’avait su »(« So Long at the Fair »), de Terence Fisher, avec Dirk Bogarde, Jean Simmons, David Tomlinson, Marcel Poncin, Cathleen Nesbitt, USA, 1950, 86min, VOSTF, à nouveau en salles à partir du 9 novembre 2011.

Infos pratiques

Live Report : BAL SWING # 7, la release party de la 4e compil Electroswing (05/11/2011)
Initiales P.P. : Philippine de Pouzilhac signe sa deuxième collection, en exclusivité chez Merci
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Si Paris l’avait su, un Terence Fisher dans le Paris de l’expo universelle à nouveau en salles”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


    A propos

    Toute La Culture : Comment choisir ?
    Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

    L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
    Soyez libres… Cultivez-vous !

    Soutenez Toute La Culture