Cinema

Shahada, un film puissant sur la foi

27 décembre 2010 | PAR Yaël Hirsch

Nominé pour l’Ours d’or à la 60 e Berlinale, meilleur film du festival de Saint-Jean de Luz, « Shahada » est un film de fin d’études brillant sur la foi. Le jeune réalisateur allemand d’origine afghane, Burhan Qurbani réalise du premier coup un chef d’œuvre. En salles le 26 janvier 2011.

Autour d’une mosquée et des halles du Berlin d’aujourd’hui, 3 personnages sont en quête de spiritualité. La fille de l’imam, Myriam, vit en jeune fille moderne depuis la mort de sa mère. Mais elle tombe enceinte et avorte. Elle voit dans cet évènement une punition de Dieu et se dirige vers un Islam à la fois mystique et extrémiste du haut duquel, elle va jusqu’à risquer sa vie et donner des leçons à son père, modèle d’humanité et de modération pieuse. Jeune père et officier de police, Ismaïl tire lors d’une de ses missions sur une immigrée clandestine;  elle en réchappe mais perd son enfant. Lorsque Ismaïl retrouve la trace de sa victime, il y voit une occasion de se racheter devant Dieu et quitte sa famille pour la « sauver ». D’origine nigérienne, le tout jeune Samir vit seul avec sa mère, travaille dur aux halles et pratique activement l’islam à la mosquée du quartier. Un jour un de ses collègues chrétien et allemand veut le suivre au cours de Coran. Mais il y a entre ces deux-là plus que de l’amitié et la tentation d’un amour interdit torture Samir.

Dans un film choral orchestré avec d’autant plus de maestria que tous les personnages se croisent sans jamais intervenir dans la destinée des autres, Burhan Qurbani parvient à croquer un quartier de Berlin d’aujourd’hui. Mais cette vie urbaine très réaliste n’est que le décor d’une scène plus grande : celle de la grâce. Or, lorsqu’il peint ces personnages retournant à la profession de foi musulmane (la Shahada), le réalisateur arrive à capturer toute la violence d’un thème très fort dès qu’on approche de la foi : la peur de Dieu. La ville disparaît vite derrière les signes difficilement lisibles de Sa volonté. Un mystère que chacun sonde terriblement seul, mais que certaines conversations pourraient tenter d’approcher : celles de Myriam avec son père, d’Ismaïl avec sa victime et de Samir avec l’homme qu’il aime et ne peut que détester comme objet de tentation. Or Qurbani ne fait aucune concession : ces conversations sont des moments explosifs où le dialogue est heurté, impossible et la brutalité morale et physique envahissent l’humain. Un film qui renoue avec les plus belles œuvres sur la quête et la grâce, car il ne masque ni la solitude, ni la terreur que génère la transcendance.


Shahada – Bande annonce Vost FR
envoyé par _Caprice_. – Regardez des web séries et des films.

Shahada, un film de Burhan Qurbani, avec Carlo Ljubek, Jeremias Acheampong, Maryam Zaree, Vedat Erincin, Allemagne, 2009, 88 minutes, sortie le 26 janvier 2011.

Infos pratiques

«four letter word»: le premier clip de Beady Eye, nouveau groupe de Liam Gallagher
Stretch : gagnez 2×5 places de cinéma et 10 affiches
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Shahada, un film puissant sur la foi”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *