Séries
« Unbreakable Kimmy Schmidt », New-York sous l’oeil neuf de Tina Fey disponible sur Netflix

« Unbreakable Kimmy Schmidt », New-York sous l’oeil neuf de Tina Fey disponible sur Netflix

01 avril 2015 | PAR Yaël Hirsch

On s’est demandé en France à quoi exactement servait Netflix. ca faisait quand même depuis l’automne. Et puis l’on découvre que la dernière série culte des New-Yorkais y est diffusée en simultané en France! Alors que la dernière saison de Mad Men lasse autant qu’elle fait jaser, la série qui anime tous les dîners de Manhattan et de Brooklyn est Unbreakable Kimmy Schmidt (littéralement, l’incassable Kummy Schmidt). Avec cette histoire un peu fofolle aussi bon enfant que Friends et très juste sur le rêve newyorkais, Tina Fey, la créatrice du Saturday Live Show et de Lolita malgré moi fait rire, sourire, tout en couleurs fluos. Kimmy, vous préférerez ne pas vous en passer.

Kimmy (Ellie Kemper au sourire ultra-white qui marque plus blanc que blanc) a fait la une des journaux comme « femme taupe ». Un fait divers qui lu a volé 15 ans de sa jeunesse : elle s’est retrouvée séquestrée par un révérend fou qui lui a fait croire avec trois compagnes que la fin du monde était arrivée et qu’il fallait survivre dans un Bunker. Libérée à l’âge de 29 ans, KImmy refuse de jouer les victimes, elle empoche des dons et profite d’un plateau télé pour rester dans l’anonymat vivant de New-York. Mais quand on n’a pas fini le lycée et qu’on a vécu dans un bunker 15 ans, la dureté de la grosse pomme peut être fatale. Pas pour Kimmy qui, « incassable », perd deux fois et garde le même job auprès d’une quadragénaire richissime et dépressive (excellente Jane Krakowski) et s’impose comme cothurne d’un acteur afro et gay se faisant appeler Titus Andromedon (incroyable Titus Burgess). Guide ultime, ce dernier n’arrive pas à percer, mais n’a pas renoncé à son rêve…

Ne pas renoncer à son rêve, c’est ce que nous apprend cette série revigorante, aux dialogues hilarants et aux acteurs absolument géniaux. Ce faisant et l’air de rien, l’histoire improbable du Bunker -sorte du virginité gore d’un 21ème siècle fondamentaliste- en dit long sur tous ceux et celles qui débarquent à New-York avec l’espoir de s’y épanouir. Si la plupart sont rejetés par l’implacable cité, tous continuent à l’aimer, et se risquent parfois ne plus s’aimer eux-mêmes pour continuer à la diviniser. Dans le monde de Kimmy, digne petite cousine des copains sympas de Friends, les personnages ne laissent paraître leur spleen qu’en filigrane et semblent bien se marrer, à végéter dans la grosse pomme. Et l’on adore suivre Kimmy pour apprendre avec elle tout ce qui fait la tendance au bord de la rivière Hudson, depuis 15 ans, quand nous aussi nous vivions dans le bunker européen… A voir et à faire passer comme une bonne adresse.

On vous laisse avec la chanson sexy qui devrait être le fer de lande de la carrière de Titus : Pinot Noir. Vous verrez qu’à Manhattan le French c’est chic.

Unbreakable Kimmy Schmidt, de Tina Fey et Robert Carlock, avec Ellie Kemper, Jane Krakowski, Carol Kane, Titus Burgess, USA, 2015, 13 épisodes de 25 minutes environ. Premier épisode diffusé le 6 mars sur Netflix

visuel :  photos officielles de la série.

[Critique] »Les Contes d’Hoffmann » de Michael Powell et Emeric Pressburger, un spectacle total, en version restaurée inédite
Vladimir Poutine produira un film avec Gerard Depardieu en 2017
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture