Séries
Signature : une île, une quête

Signature : une île, une quête

23 avril 2011 | PAR Philippe Lesaffre

France 2 diffuse depuis le 22 avril la série Signature, créée par Hervé Hadmar et Marc Herpoux, un mini-feuilleton de six épisodes mettant en scène deux personnages troublants qui vont se rapprocher au travers de leur quête sur l’Ile de la Réunion. Un homme et une femme interprétés par Sami Bouajila et Sandrine Bonnaire.

Signature ou l’art de présenter la psychologie des protagonistes petit à petit… La première scène montre le personnage principal, Toman, courir après sa future victime et l’assassiner froidement. Pas de parole, juste quelques images d’une chasse à l’homme sur l’île de la Réunion. Au fil des minutes suivantes, le réalisateur se concentre sur la personnalité de ce modeste pêcheur illettré. Solitaire, discret, timide, sombre, étrange. Il aime les enfants, joue parfois au baby-sitter. Il n’utilise guère l’électricité chez lui, préfère les bougies. Névrosé ? Il se couche par terre et, avant de dormir, adresse la parole à sa mère, dont la silhouette est dessinée sur le sol. On l’entend parfois parler, tel un narrateur candide. Les questions qu’il se pose, les craintes qu’il n’arrive guère à exprimer…
Et Toman tue, donc. En quinze ans, six fois déjà. Toujours des gens qui ont fait du mal à des enfants, voire à des femmes. Les cadavres, il les regroupe au fond d’une grotte, derrière un torrent d’eau. Une espèce de cimetière clandestin. Son obsession qu’on devine dés le départ ? Retrouver la trace de l’assassin de ses parents, abattus devant lui, alors enfant. L’image de cette mort lui revient souvent et les deux scénaristes aiment glisser des flashback entre les scènes du présent. Tout lui rappelle cet événement tragique. Stressé, il tremble parfois. Se met à courir quand tout va mal. Fixe les gens qui passent, comme un animal sauvage.

Signature, un Lost à la française?

La série, en fait, se concentre sur ses démons qui le hantent nuit et jour, au gré de son humeur et de ses rencontres. A la fin du premier épisode, Toman croise Daphnée, cette journaliste de profession, mère d’une petite fille, partie à la recherche d’un homme. Celui qu’elle traque depuis la métropole… n’est autre qu’une victime de Toman. Et sa présence va le perturber au départ. Mais les deux poursuivent une quête (presque) similaire : chercher le responsable de leurs maux. Et ils se ressemblent, finalement. Elle ne tremble pas comme le pêcheur, mais on la découvre stressée – elle fume. Elle ne se dévoile pas beaucoup non plus, préfère ne pas dire grand-chose sur elle. Daphnée semble têtue, ne se rend pas toujours compte du danger qui guette. Candide comme Toman ? Un peu…
Signature sait garder des secrets tout en dévoilant, lentement, des énigmes des personnages. Un peu comme Lost. Les créateurs ne se sont pas inspirés du feuilleton américain. En revanche, les deux intrigues ont lieu sur une île « étrange ». On voit, dans les deux séries, les personnages marcher dans la forêt tropicale, se reposer auprès d’un cours d’eau, ou encore en train de nager dans l’eau, avec, de temps en temps, en toile de fond, une musique censée annoncer, par exemple, un danger ou pour susciter la peur. Signature possède « son » animal étrange. La série, à l’instar de Lost avec « son » ours blanc, met en scène une apparition étrange (et spirituelle ?) d’une vache au milieu de nulle part. Quand Toman, enfin, exige une réponse de quelqu’un, il l’enferme dans une cage… identique à celle de Lost. « Notre source, c’est plutôt le personnage animal du Parfum de Patrick Süskind », nuance Hervé Hadmar. Signature, un parfum de thriller hypnotique plutôt réussi…

Signature, mini-feuilleton de 6 épisodes, créé et écrit par Hervé Hadmar et Marc Herpoux, réalisé par Hervé Hadmar, France, 2011

Formidable programme Mats Ek à Garnier
Paris en toutes lettres démarre le 5 mai à la Gaîté lyrique
Philippe Lesaffre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture