Séries

La rentrée d’ABC

17 juin 2010 | PAR Tristan Karache-Prudent

Pour la nouvelle saison, la chaine américaine créatrice de série renouvelle son cheptel avec 9 perles qui pourraient bien réussir à occuper nos longues soirées d’hiver.

Commençons gaiement avec une comédie du nom de Better Together qui devrait rejoindre les grilles d’ABC pour cette saison 2010/2011. Maddie, jouée par Jennifer Finnigan (Cold Case) et Mia, personnifiée par Joanna Garcia (Freaks and Geek) sont deux sœurs aux relations sentimentales différentes. Maddie est engagée depuis longtemps avec Ben (Josh Cooke), Mia se retrouve enceinte et s’engage avec Casey (Jake Lacy) qu’elle ne connait que depuis quelques mois et avec qui elle accepte de se marier. Imaginez les relations avec les parents Joel (Jurt Fuller) et Vicky (Debra Jo Rupp) et vous aurez les bons ingrédients pour des tranches de rire de 22 minutes environ.

Si on prend le principe de Preuve à l’appui et qu’on y ajoute une sauce à la Dr House, on obtient alors la « nouveauté » Body of Proof. Après un accident de voiture, Megan Hunt (Dana Delany) ne peut plus travailler en tant que chirurgienne. Forcée par les évènements, elle en vient donc à œuvrer pour le service médico-légal de la ville. La nouvelle s’impose avec sa personnalité et est constamment en rapport de force avec sa hiérarchie. Une série tirée directement de l’esprit de Matt Gross et qui contient notamment comme acteur, Jeri Ryan, Geoffrey Arend et John Caroll Lynch. Un drama de 42 minutes qui on l’espère saura trouver sa place parmi les autres séries du genre.

Dans le Michigan, la ville de Détroit a l’un des plus hauts taux de meurtre des États-Unis et ne possède qu’une seule arme pour endiguer la violence au sein de la métropole, le groupe d’enquêteurs spécialisés dans les homicides. Voilà en gros l’histoire de Detroit 1-8-7.  A l’origine de ce programme très (peu) original, le scénariste Jason Richman. Le casting est constitué de Michael Imperioli pour le rôle du détective Louis Fitch, de John Michael Hill pour celui du détective Damon Washington et d’Erin Cummings dans la peau de Shelby Cork.

Happy Endings … Vous avez déjà vu ce genre de film où un homme déboule dans l’église et s’adresse à la mariée pour la subtiliser devant l’autel en plein milieu de la célébration laissant un amant éperdu et seul ? Et bien Dave (Zachary Knighton) est l’homme qui s’est fais largué le jour de son mariage et dont le cœur est brisé. Ses amis vont alors tout faire pour lui remonter le moral. Tellement pitoyable qu’elle en devient risible, la comédie créé par Jamie Tarses nous raconte l’évolution des sentiments du personnage tout en décrivant le côté niais de l’amour.

Mr Sunshine raconte la vie d’un directeur d’une grande patinoire américaine qui vient de parvenir à l’âge de 40 ans. En pleine crise de la quarantaine, Ben, joué ici par l’ancien interprète de Chandler dans Friends Mathew Perry, tente de réconcilier ses problèmes de couple avec une petite amie qui le largue et de travail avec des employés plus loufoques les uns que les autre. Une idée de Mathew Perry avec un côté autobiographique qui sera sûrement hilarant. L’acteur s’entoure de stars telles que James Lezure (Las Vegas) et Allison Janney actuellement au cinéma dans Life During Wartime.

My Generation est une série où l’on pourrait appliquer le « On s’était dit rendez-vous dans dix ans » de Patrick Bruel. Ce drama tourné sous forme de documentaire est adapté de la série scandinave Gods’ Highway. On y suit un groupe de jeunes adultes qui étaient ensemble en terminale et qui aujourd’hui suivent des voies totalement différentes par rapport à leurs rêves et aux projets qu’ils avaient planifiés. Depuis 2000, il s’en est passé des choses aux États-Unis : l’effondrement des Twins Towers, la guerre et cætera. Tant d’évènements qui ont forcément influencé la vie de nos 9 personnages…

My Ordinary Family pourrait bien récupérer l’audience de Heroes avec son histoire ressemblant au dessin animé de Disney, Les Indestructibles. Les Powell ressemblent à n’importe quelle famille américaine. Seulement, après avoir été victime d’un accident d’avion en Amazonie, ils découvrent chacun à leur tour qu’ils possèdent une particularité non négligeable. Jim (Michael Chiklis), le père de famille, est devenu indestructible (l’acteur avait déjà joué un rôle semblable en incarnant la chose dans Les quatre Fantastiques), sa femme Stéphanie (Julis Benz) cours plus vite que son ombre, leur fille Daphné (Kay Panabaker) peut entendre les pensées d’autrui et leur fils ado JJ (Jimmy Bennet) est devenu un Einstein ambulant. Pourtant même avec tous les pouvoirs du monde, les problèmes de famille sont toujours là. Une création que l’on doit à Greg Berlanti et John Harmon Feldman.

Off the Map présente le parcours de trois médecins Manny Diaz (Enrique Murciano) , Zita (Valérie Cruz) et Lily Brenner (Caroline Dhavernas) qui décident de laisse famille et confort pour aller exercer leur compétence en Amazonie. Il y rencontre le docteur Ben Keeton (Martin Handerson) en charge du service hospitalier et se rendent vite compte que leur petit coin de paradis est un véritable enfer où les cas les plus surprenants y sont courants et où la technologie médicale semble inexistante. C’est une série à la Dr House mélangeant humour et émotion pour notre plus grand plaisir. Les deux créateurs Jenna Bans et Shonda Rhimes ont toutes deux été scénaristes pour la série Gray’s Anatomy.

The Whole Truth est une série racontant le bras de fer de deux avocats sur une affaire criminelle. Tout au long des épisodes le spectateur sera amené à prendre le parti soit de la victime et donc de l’accusation dirigé par Kathryn Peale (Maura Tierney) soit de la défense mené par Jimmy Brogan (Rob Morrow). Jusqu’à ce que le verdict tombe, on risque d’être balloté entre stratégies d’avocat et rebondissements liés aux nouvelles preuves. Autant qu’il ne va pas falloir rater un seul épisode. Cette série originale qui renouvelle le genre judiciaire est issue de l’esprit décalé de Noah Hawley.

Luce remporte sans surprise la finale de la Nouvelle Star 2010
Air doll, conte cruel et subtil sur les espoirs et déboires d’une poupée gonflable
Tristan Karache-Prudent

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *